Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une figure de la French Connection se rend à Nîmes après 12 ans de cavale

jeudi 5 juillet 2018 à 18:26 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Jean Guy, un ancien ténor de la French Connection, une organisation criminelle qui faisait transiter de la drogue entre Marseille et les États Unis dans les années 70 et 80 s'est rendu ce jeudi au commissariat de Nîmes. Il était en cavale depuis 12 ans.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp -

Nîmes, France

Jean Guy, 80 ans est l'une des figures de la French Connection, une organisation criminelle qui faisait transiter de la drogue entre Marseille et les Etats Unis dans les années 70 et 80. En 1987, il avait notamment été condamné à 14 ans de prison en Suisse après la découverte d'un laboratoire de fabrication d’héroïne. Sa peine avait été prolongée de 10 ans  après son extradition en France. En 2006, il s'était évadé de l'hôpital psychiatrique d'Aix-en-Provence où il était hospitalisé après une tentative de suicide en prison. 

Transféré à Marseille 

Le 5 juillet 2007, il avait été condamné en son absence à 15 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Marseille pour avoir été l'un des instigateurs d'un vaste trafic international de cocaïne entre l'Amérique du Sud et la Camorra italienne.  Après s'être rendu ce jeudi, Jean Guy a été pris en charge par le SRPJ de Montpellier. Il doit être transféré vers Marseille où il doit être présenté au parquet. 

Il fait l’objet de deux mandats d’arrêt. Le premier émis suite à son évasion de 2006,  le second pour sa condamnation par contumace pour trafic de produits stupéfiants et association de malfaiteurs