Faits divers – Justice

Soupçons de maltraitance après le décès d'une fillette de deux ans à l'hôpital de Perpignan

Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon et France Bleu mardi 2 août 2016 à 15:21

La petite fille a été envoyée en urgence vers l'hôpital de Montpellier
La petite fille a été envoyée en urgence vers l'hôpital de Montpellier © Maxppp - Philippe Rouah

Une petite fille de Trouillas (Pyrénées-Orientales), portant des "signes présumés de maltraitance", est décédée dans la nuit de lundi à mardi avant d'être transférée au CHU de Montpellier. Sa belle mère a été hospitalisée en état de choc. Le parquet de Perpignan a ordonné une autopsie.

C'est un médecin généraliste qui a le premier donné l'alerte lundi soir. Il a été appelé par la compagne du père de la petite fille, qui est incarcéré depuis quelques semaines. Sur place, dans cette maison du centre de Trouillas, où s'est installée en début d'année cette famille de six enfants, le médecin constate que la fillette âgée de deux ans va très mal.

Il appelle aussitôt les secours pour la transporter au centre hospitalier de Perpignan. A l'hôpital, les urgentistes détectent des traces sur le corps de l'enfant. Des traces qui laissent présumer des mauvais traitements.

En raison de son état, les médecins décident d'évacuer en urgence la fillette vers le CHU de Montpellier. Mais son décès sera constaté avant l'évacuation à l'hôpital de Perpignan.

La belle-mère, enceinte, a été hospitalisée en état de choc après avoir expliqué aux gendarmes et au personnel soignant que la fillette était tombée dans la douche.

Le parquet ordonne une autopsie

"C'est un choc pour moi, a réagi le maire de Trouillas Remy Attard qui avait reçu la femme et la petite fille dans son bureau il y a quelques jours. "Je confirme que ce n'est pas la mère de la petite. Mais elle s'en occupait depuis que le père s'était mis avec elle."

"Ce décès m'attriste profondément. Je n'arrive pas a comprendre ce qui a pu arriver. Je revois encore cette petite fille dans mon bureau : elle avait fait des dessins, elle était mignonne et adorable." - Remy Attard, maire de Trouillas

Remy Attard avait signalé la famille aux services sociaux du Conseil départemental. "Non pas pour des soucis de maltraitance, mais parce que la femme était enceinte et que je m'inquiétais de ce qu'allaient devenir les autres enfants puisque le père est emprisonné."

Le parquet de Perpignan a ordonné une autopsie du corps de la petite fille pour déterminer les circonstances exactes de sa mort.