Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une habitante de Quiberon insultée après sa prise en charge au centre Covid-19

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Depuis qu'elle a été prise en charge au centre Covid-19 de Vannes pour une suspicion de coronavirus, une habitante de Quiberon est harcelée par son voisinage. Sa porte d'entrée et sa voiture ont été taguées.

La jeune femme a été prise en charge au centre Covid-19 de l'hôpital de Vannes
La jeune femme a été prise en charge au centre Covid-19 de l'hôpital de Vannes © Maxppp - THIERRY CREUX

A son retour du centre Covid-19 de Vannes, c'est d'abord une affiche qui a été collée dans l'entrée de son immeuble à Quiberon avec cette inscription "à ceux qui ont une suspicion de Covid, nous demandons de ne pas toucher les poignées de portes et les rambardes". Puis, il y a eu des insultes inscrites sur la porte de son appartement. " Dégage", "meurtrière", "dehors". Sophie, 36 ans, est très affectée, "ces insultes, ça me mine " témoigne la jeune femme qui doit aujourd'hui se déplacer en béquilles ou en fauteuil roulant en raison de son handicap lié à une intervention chirurgicale. 

Un pendu dessiné sur la portière de sa voiture

Ce harcèlement a commencé après son transfert à l'hôpital de Vannes où elle a été transportée deux fois de suite par des ambulanciers "ils étaient équipés pour les cas de coronavirus, cela s'est vu dans le quartier" explique la trentenaire. La jeune femme est aujourd'hui sous oxygène à domicile, elle souffre d'une bronchite chronique et irritante "un Covid sans gravité" dit-elle avec le filet de voix qui lui reste en raison de cette infection. La jeune femme a dû mal comprendre cet acharnement "ce pendu dessiné sur la portière de ma voiture, ces petits mots insultants glissés sous mon paillasson"

Des propos ignobles, estime le maire de Quiberon, Bernard Hilliet 

Le maire de Quiberon a été alerté par cette situation "ce sont des écrits insultants, ignobles, irrespectueux". L'élu indique qu'il a demandé à la police municipale d'intervenir, en plus de la gendarmerie. "Nous avons pris contact avec le bailleur social pour que les inscriptions soient effacées". La porte a en effet été nettoyée ce lundi, et Sophie espère que ce harcèlement va cesser, elle a déposé plainte auprès de la gendarmerie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess