Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Elle avait tué le chien qui attaquait son chat : une Héraultaise relaxée, considérée en état de légitime défense

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Une héraultaise de 33 ans était poursuivie pour avoir tué le chien de sa voisine d'un coup de couteau. Elle voulait lui faire lâcher prise parce qu'il s'en prenait à son chat. Elle a été relaxée ce vendredi par le tribunal de police de Montpellier.

Illustration
Illustration © Maxppp -

Saint-Jean-de-la-Blaquière, France

On est au lendemain de Noël l'an dernier, une mère de famille vient de faire quelques courses et se trouve chez elle à Saint-Jean-de-la-Blaquière. Elle est sur son canapé avec ses deux enfants, qui ont moins de 10 ans, quand tout à coup ils entendent un gros "boum!" sur la baie vitrée. Tous tournent la tête et là, ils voient un chien qui tient dans sa gueule la tête de leur chat, Oz.

Impossible de lui faire lâcher prise

Imaginez le spectacle : les enfant hurlent, spontanément la mère prend une basket et la jette sur le jagdterrier qui ne lâche pas prise. Elle se saisit d'un manche à balai pour le frapper. Rien n'y fait. Ensuite une chaise de jardin qui se brise sur l'animal mais il serre toujours le chat entre ses crocs. Il y a du sang sur la baie vitrée, alors la mère de famille désemparée prend un couteau et porte un coup au chien de chasse.

Finalement, les deux sont morts

Cette fois, Isco s'éloigne avant de s’effondrer dans un coin du jardin. Il appartenait à une voisine et s'était échappé de chez lui. Dans cette affaire aucun des deux animaux de compagnie n'a survécu. L'affaire était jugée ce vendredi matin par le tribunal de police de Montpellier qui a relaxé la propriétaire du chat considérant qu'elle avait commis l’irréparable par nécessité. Le chien s'était introduit chez elle, s'en prenait à son chat, représentait une menace pour ses enfants; elle était donc en état de légitime défense.

Le chien est mort, le chat est mort; c'est extrêmement triste quand même

Me Cyril Malgras, l'avocat de la propriétaire du chat