Faits divers – Justice

Une importante filière d'immigration clandestine basée en Sarthe démantelée

Par Julie Le Duff et France Bleu, France Bleu Maine et France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 18:48

Des gendarmes fouillent et font descendre des migrants d'un camion stationné sur une station service  (illustration)
Des gendarmes fouillent et font descendre des migrants d'un camion stationné sur une station service (illustration) © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Les migrants syriens, irakiens et iraniens étaient emmenés en camion frigorifique jusqu'en Grande Bretagne. Depuis l'été 2015, les passeurs basés en Sarthe ont transporté au moins 550 personnes.

Les enquêteurs travaillaient sur cette filière depuis l'été 2015, après avoir repéré plusieurs groupes de migrants déposés sur les aires de repos ou la bande d'arrêt d'urgence des autoroutes A11 et A28. Selon le mode opératoire décrit par le parquet de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes, ces personnes originaires de Syrie, Iran et Irak avaient d'abord transité par le Nord de la France, à savoir le Calaisis et la région de Dunkerque. Elles étaient ensuite logées, parfois par familles entières, par une équipe logistique établie dans la région du Mans.

Un réseau très organisé

C'est un véhicule de grande taille qui assure le "ramassage" à partir des différents lieux d'hébergement. Un "véhicule ouvreur" joue les poissons-pilotes et les précède sur le trajet qui mène aux différentes aires de l'autoroute A28 situées entre Dissay-sous-Courcillon (à la frontière de la Sarthe et de l'Indre-et-Loire) et l'aire des Haras, dans l'Orne. Le passeur repère les camions frigorifiques et sélectionne un poids-lourd parmi ceux garés pour la nuit ; le conducteur du véhicule suiveur vient ensuite se stationner juste à côté et déploie une échelle télescopique pour faire embarquer les migrants à l'insu du chauffeur du camion.

Selon le communiqué publié par la JIRS, l'un des chefs du réseau utilisait les fonds de son entreprise de BTP pour payer les locations de véhicules, les transports et les réparations. Les enquêteurs ont aussi identifié deux kebabs du Mans comme servant de "lieu de rassemblement" pour les migrants lorsque ceux-ci voulaient échapper à un contrôle.

Deux têtes du réseau interpellées dans l'agglomération du Mans

Les interpellations ont été menées le 11 octobre, mardi dernier : un passeur s'est fait prendre au retour de sa tournée sur l'A28, avant huit autres interpellations (dont deux têtes du réseau) dans l'agglomération du Mans. Au cours des perquisitions, les enquêteurs saisissent 47 000 euros en numéraire, une réplique d'arme de poing et de nombreux documents financiers. Quatre personnes sont mises en examen dans cette affaire, elles ont été placées en détention provisoire.

Partager sur :