Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une importante opération de lutte contre le travail illégal dans un village vacances d'Ardèche

samedi 22 juillet 2017 à 16:28 Par Solène Cressant, France Bleu Drôme Ardèche

Ce samedi matin, les gendarmes de la compagnie de Largentière et du groupement de l'Ardèche, accompagnés de l'URSSAF, ont contrôlé des femmes de ménage embauchées par un prestataire pour un village vacances situé à Grospierres en Ardèche: la moitié d'entre elles n'étaient pas déclarées.

C'était une grosse opération: 25 gendarmes mobilisés et une vingtaine de femmes de ménage non déclarées.
C'était une grosse opération: 25 gendarmes mobilisés et une vingtaine de femmes de ménage non déclarées. © Radio France - Nathalie Dekeyzer

Grospierres, France

Une importante opération de contrôle, visant à lutter contre le travail illégal, a eu lieu ce samedi matin dans un village vacances à Grospierres, en Ardèche.

Depuis une semaine, les gendarmes de la compagnie de Largentière et du groupement de l'Ardèche se relaient pour surveiller les allers et venues des femmes de ménage qui viennent travailler au village vacances. Elles sont embauchées par un prestataire extérieur et viennent, pour la plupart, d'Alès dans le Gard.

Une vingtaine de salariés non déclarés

Ce matin, juste avant leur prise de service, 25 gendarmes, accompagnés d'employés de l'URSSAF (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales) ont procédé à des contrôles sur le parking du village vacances: sur plus d'une quarantaine de femmes embauchées, la moitié ne sont pas déclarées.

Beaucoup de saisonniers sont embauchés pour l'été et on s'aperçoit qu'il ne sont pas toujours déclarés. C'est un délit courant

"Nous faisons régulièrement ce genre de contrôles", explique le commandant Debilly de la compagnie de Largentière. L'été, vu le nombre de touristes, les besoins sont plus importants, beaucoup de saisonniers sont embauchés et on s'aperçoit qu'ils ne sont pas toujours déclarés. C'est un délit courant."

Les prestataires placés en garde à vue

Le commandant rappelle que seul le prestataire est mis en cause et non les responsables du village vacances. "Les femmes de ménage, elles, sont victimes. Elles ne sont absolument pas protégées s'il leur arrive quelque chose" rappelle le gendarme.

Sur place, il y avait les responsables de l'entreprise prestataire. Ils ont été obligés de déclarer la vingtaine de femmes qui ne l'étaient pas afin qu'elles puissent aller travailler. Les deux hommes ont été placés en garde à vue à Ruoms puis relâchés dans la journée. Ils encourent une peine de 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

D'autres contrôles de ce type sont prévus tout au long de l'été.