Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une infirmière de l'hôpital de Mercy reconnue coupable après une grave erreur médicale en 2015

-
Par , , France Bleu Lorraine Nord

Elle a été reconnue coupable, ce mercredi, mais dispensée de peine. Cette infirmière de l'hôpital de Mercy était poursuivie pour s'être trompée lors de l'administration d'un traitement à une patiente, avec de lourdes conséquences. Il y a quinze jours, à l'audience, elle s'est excusée de son erreur.

L'affaire remonte à 2015
L'affaire remonte à 2015 © Maxppp - Nicolas Kovarik

Metz, France

Une infirmière de l'hôpital de Mercy a été reconnue coupable, mercredi, par le tribunal correctionnel de Metz, mais dispensée de peine. Sa faute : en 2015, elle s'est trompée lors de l'administration d'un médicament à une patiente qui souffrait d'un cancer du sein. Avec de graves conséquences physiologiques pour ladite patiente, Christiane Minha.

Un traitement expérimental contre le cancer du sein

C'est en fait une erreur de piqûre qui a engendré des séquelles irréversibles. A ce moment-là, la patiente suit un traitement expérimental qui prévoit de se faire injecter, dans la cuisse, toutes les trois semaines, un médicament. Ce traitement, présenté comme moins lourd qu'une chimiothérapie normale, se passe très bien jusqu'au 28 janvier 2015. 

Des douleurs "atroces" et une nécrose de la cuisse

Ce jour-là, l'infirmière se trompe d'injection, et le calvaire commence pour la patiente. Dans les heures qui suivent, le muscle de sa cuisse commence à se nécroser. Il faudra deux greffes de peau et des curetages pour la soigner. "Il faut reconnaître que l'hôpital est intervenu assez rapidement, en procédant à des examens immédiats, cependant, cela n'empêchera pas les douleurs atroces", souligne l'avocate de la victime, Maître Anabel Gonzalez.

Bataille autour des indemnités

Mais selon elle, l'hôpital aura beaucoup plus de mal à indemniser correctement la victime. Un premier chèque de 1.500 euros est proposé, bien trop peu pour Christiane Minha. Et c'est finalement suite à une décision de la justice administrative, l'an passé, que les parties s'entendent sur un montant d'un peu plus de 27.000 euros. Mais la colère est là, la plainte a été déposée par la victime. A l'audience, il y a quinze jours, l'infirmière s'est excusée de son erreur. La justice semble l'avoir entendue.

Choix de la station

France Bleu