Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une information judiciaire ouverte suite à la grave blessure d'un lycéen de Saint-Jean-de-Braye par un tir de LBD

-
Par , France Bleu Orléans

Le 5 décembre, Oumar, un lycéen de 16 ans avait été grièvement blessé à la tête. Suite au rapport de l'Inspection Générale de la Police Nationale, le procureur de la République a ouvert une information judiciaire et saisi le juge d'instruction.

Le policier qui avait fait usage de son lanceur de balle de défense avait grièvement blessé  le jeune Oumar 16 ans (Photo d'illustration)
Le policier qui avait fait usage de son lanceur de balle de défense avait grièvement blessé le jeune Oumar 16 ans (Photo d'illustration) © Maxppp - Franck Dubray

Saint-Jean-de-Braye, France

Une information judiciaire a donc été ouverte contre le policier qui a grièvement blessé un lycéen avec un tir de lanceur de balle de défense en décembre dernier devant le Lycée Jacques Monod de Saint-Jean-de-Braye dans l'agglomération orléanaise. Le procureur de la République d'Orléans, Nicolas Bessone a saisi le juge d’instruction sur la base du rapport de la police des polices pour blessures involontaires. Le 5 décembre dernier, le jeune Oumar, 16 ans avait été violemment touché par un projectile lors d’une manifestation de lycéens devant l’établissement. Le soir même de l’incident, Nicolas Bessone avait saisi l’Inspection Générale de la Police Nationale. 

Pas d'usage abusif mais recherche d'une éventuelle faute involontaire

Selon ce rapport de l’IGPN, l’usage du lanceur de balle de défense par le policier a ce jour-là  été "légitime et proportionné" au regard des circonstances indique le procureur de la République. Face à la tournure de la manifestation et l’agressivité de certains membres du groupe de jeunes, il n’a pas fait un usage abusif de son LBD. Le fonctionnaire de police du commissariat d’Orléans n’a d’ailleurs fait l’objet d’aucune sanction, ni mise à pied. Reste au juge d’instruction à déterminer s’il y a eu de sa part négligence ou maladresse dans l’exécution du tir. Le policier a-t-il respecté les distances ?, a-t-il tiré dans la précipitation, la tête était-elle visée ? Le magistrat va chercher si le policier a commis une faute involontaire. Oumar a été touché en plein front. Grièvement blessé, le jeune lycéen de 16 ans a été opéré une première fois en décembre puis de nouveau début mars après des complications.  Son état de santé aujourd’hui stabilisé, il a repris les cours. Il a toujours nié avoir participé aux violences en marge de la manifestation. Les parents d'Oumar ont également porté plainte auprès de l'IGPN.