Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une information judiciaire ouverte un an après la mort du festayre percuté par un chauffard à Orthevielle

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Un juge d'instruction est désormais chargé d'enquêter sur la mort de Sébastien Caudron. Le militaire de 21 ans a été percuté mortellement par une voiture alors qu'il rentrait à pied des fêtes de Peyrehorade (Landes) le 4 août 2018. Un an après, le chauffard reste introuvable.

Sébastien, 21 ans, a été tué par un chauffard le 4 août 2018 alors qu'il rentrait à pied des fêtes de Peyrehorade
Sébastien, 21 ans, a été tué par un chauffard le 4 août 2018 alors qu'il rentrait à pied des fêtes de Peyrehorade - Peggy Caudron

Orthevielle, Landes, France

Le 4 août 2018, Sébastien Caudron était fauché à mort par une voiture le long de la départementale 817 à Orthevielle. Le militaire de 21 ans revenait à pied des fêtes de Peyrehorade. Un an après, l'automobiliste n'a toujours pas été retrouvé, malgré l'appel à témoins lancé par les gendarmes et la famille du jeune festayre.

Des éléments nouveaux

Ces appels à témoin ont permis aux enquêteurs de vérifier de très nombreux véhicules. Neuf modèles de marque Peugeot ou Citroën avaient, en effet, été identifiés à partir des débris trouvés sur les lieux de l'accident. Grâce aux témoignages recueillis et aux investigations des enquêteurs sur les véhicules signalés, des éléments nouveaux sont apparus. Ils ont justifié cette semaine l'ouverture d'une information judiciaire. C'est désormais un juge d'instruction qui pilote l'enquête avec l'espoir d'identifier, enfin, l'automobiliste en fuite. 

La famille de Sébastien Caudron y croit. Sa mère, Peggy Caudron garde espoir : "je me dis que la personne ne se dénoncera pas. Mais peut-être que quelqu'un entendra quelque chose ou qu'il y avait quelqu'un d'autre dans la voiture qui aura de très gros remords et qu'il parlera. De toutes façon, je suis confiante. Je reste confiante."

Une marche blanche pour sensibiliser les festayres aux dangers de la route.

Les parents de Sébastien participeront ce dimanche 4 août à une marche blanche organiséeà Dax par les parents de Kevin. Il a lui-aussi a trouvé la mort le 4 août 2018, fauché par une voiture d'astreinte du département qui se rendait sur les lieux du premier accident, à Orthevielle.

Des caméras pour repérer les festayres en difficulté sur la route

Les fêtes de Peyrehorade ouvrent ce vendredi soir. Plusieurs mesures ont été prises pour renforcer la sécurité des festayres. La ville s'est notamment équipée de 7 caméras de video-protection. Elles vont permettre pendant les fêtes de repérer les fêtards qui ont un comportement à risque sur la route afin de les récupérer et les aider. Pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise, le maire Didier Sakallaridés va également sensibiliser au danger de rentrer seul et/ou alcoolisé à la maison, à pied ou en voiture. Il fera passer le message au moment de la remise des clés, ce vendredi à 20h. 

"Sensibiliser sur le fait qu'ils sont là pour faire la fête pas pour qu'un nouveau drame endeuille les familles" explique le maire de Peyrehorade. "Je vais vraiment insister sur le fait que c'est 4 jours de fêtes et pas 4 jours de deuil. Il faut vraiment venir au contact des gens qui sont là pour vous aider si on ne se sent pas bien. Que ce soit les estanquets, les bars, ils sont aptes à mener les festayres vers les points repos si ça ne va pas et s'il faut les raccompagner à la maison, on le fera. On est quand même une petite fête locale où 80% des gens se connaissent. On identifie une personne et si, par exemple, elle est d'Hastingues, on peut demander à quelqu'un de la ramener à Hastingues. La solidarité du canton peut le faire." ajoute Didier Sakallidès.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu