Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une jeune femme violemment agressée par des ados en pleine rue à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Une plainte a été déposée par une jeune femme après avoir été violemment prise à partie par deux jeunes filles à Béziers. Une agression filmée, insoutenable, dénoncée par Robert Ménard. La victime a été insultée et giflée à plusieurs reprises, sans aucune raison, et rackettée.

Info France Bleu. Attention, les images de la vidéo sont violentes et peuvent choquer. La vidéo de l’agression d’une jeune femme de 18 ans à Béziers est largement diffusée et commentée depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. La victime est prise à partie par deux jeunes filles (16 et 19 ans) issues de la communauté gitane. Une complice filme avec un téléphone portable volée. Les images sont violentes. L’agression s’est déroulée le 27 janvier 2021 dans la montée de l’Avenue de la Marne, en contrebas des Restos du Cœur. 

Reportage France Bleu Hérault - Stéfane Pocher

Une violence gratuite

La victime tétanisée se laisse taper dessus sans réagir. Des dizaines de gifles, des coups-de-poing donnés, les cheveux arrachés en présence d’un jeune garçon d'à peine cinq ans. La victime venait de quitter la Maison de quartier Martin Luther King sur les bords de l'Orb où elle effectue un stage.

Elle regagnait la gare routière, pour rentrer chez elle sur le littoral. Tout au long de son trajet, elle est malmenée par ses tyrans. Sur d’autres vidéos en notre possession, la victime est agressée par ces mêmes jeunes filles. Robert Ménard a aussitôt saisi le commissariat de Béziers après avoir été alerté. 

"J'ai été sidéré comme tout le monde en voyant les vidéos. Comment est-il possible qu'une gamine s'en prenne à une autre avec une telle violence ? Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ces gosses ?"

''Dans quelle société sommes-nous ? Pourquoi autant de violence. Et en plus elles se font filmer ''- Robert Ménard

"Cela doit être terrorisant de tomber sur quelqu'un qui fait preuve d'une telle violence. D'autant, qu'il y a plusieurs vidéos de la même personne. C'est une folie de taper sur les gens ainsi. Il y a quelqu'un qui a filmé. Cela veut dire qu'ils frappent et filment. C'est impensable." 

La victime allait prendre son bus quand elle a été agressée

Une enquête a été ouverte après la plainte de cette dernière. La victime a été entendue. Lors de son audition, cette dernière, choquée a d'abord expliqué qu'elle avait été agressée par de jeunes garçons avant d'identifier finalement ses tyrans. Deux des trois agresseuses ont été interpellées et placées en garde à vue ce lundi. La troisième était toujours recherchée hier soir.

Cette agression aurait pu passer inaperçue

Les vidéos de cette agression ont été retrouvées par chance sur un téléphone volé et retrouvé à Montpellier. L'appareil appartient à une Biterroise de 14 ans, qui avait elle-même été agressée par ces mêmes jeunes filles. Son appareil avait été vidé de ses propres vidéos et photos.

Mais un logiciel lui a permis de les retrouver. L'adolescence découvre alors que son téléphone a été utilisé pour filmer cette agression. Plusieurs vidéos réapparaissent. C'est alors la stupéfaction en les découvrant.

Ce groupe de filles ferait la loi dans le quartier

Les parents de la victime avaient lancé un appel à témoins sur Facebook, pour identifier les auteurs de cette agression. Suite aux messages, d'autres victimes racontent alors avoir subi des violences du même type.

C'est le cas d’Innés (prénom modifié à sa demande). Cette mère de famille de 43 ans, qui a l'intention de porter plainte, a elle aussi été agressée par ces mêmes jeunes filles, il y a un peu plus d'un mois et demi. Elle se promenait avec ses enfants. "Quand j’ai vu les vidéos sur les réseaux sociaux, je n’en ai pas dormi de la nuit.

"Je ne comprends pas cette violence gratuite."

''Je ne comprends pas cette violence gratuite'' dit une maman de 43 ans, qui a déjà eu une altercation avec les adolescentes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess