Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une jument abattue par un chasseur à Valflaunès : une "erreur d'appréciation", selon les gendarmes

mardi 23 janvier 2018 à 16:37 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault et France Bleu

Une enquête est ouverte après un accident de chasse samedi à Valflaunès (Hérault). Une jument a été abattue lors d'une battue aux sangliers, par "méprise", selon les gendarmes. Le propriétaire avait plusieurs fois demandé aux chasseurs de rester à distance des habitations.

La jument de 16 ans baptisée Olympe était parquée dans un enclos près de la maison de ses propriétaires.
La jument de 16 ans baptisée Olympe était parquée dans un enclos près de la maison de ses propriétaires. - Olivier Durand

Valflaunès, France

Une enquête est ouverte après un accident de chasse qui laisse songeur... Un cheval a été abattu par un chasseur au cours d'une battue aux sangliers samedi dernier en fin de journée, sur la commune de Valflaunès près de Saint-Matthieu-de-Tréviers. 

"Une erreur d'appréciation manifeste"

L'animal, une jument de 16 ans baptisée Olympe, était parquée dans un enclos près de la maison de son propriétaire au moment des faits, vers 17h. La famille, qui était chez des amis, a été alertée de l'accident deux heures plus tard par le représentant des chasseurs. 

"Bientôt, on pourra confondre une souris avec un éléphant"

Le propriétaire a déposé plainte. À ce stade, les gendarmes parlent d'une "erreur d'appréciation manifeste". Le tireur, identifié, n'avait pas de trace d'alcool dans le sang. 

Le chasseur aurait "confondu le cheval avec un sanglier"

"Il a reconnu les faits et a clairement dit qu'il a confondu le cheval avec un sanglier, explique le propriétaire du cheval, Olivier Durand. C'est ça qui est dingue... Bientôt on pourra confondre une souris avec un éléphant." 

"Il y a la colère, l'énervement. Mais là où j'ai la haine, c'est que j'ai prévenu à plusieurs reprises les chasseurs de faire attention. La prochaine fois ce sera quoi ? Un enfant, un promeneur ? Il va falloir réfléchir au partage du territoire." 

Partager l'espace, parce que, lui qui est viticulteur, sait aussi combien la population de sangliers pose problème : il est régulièrement victime de dommages causés par le grand gibier.

"Il reconnaît les faits. Il a confondu le cheval avec un sanglier." Olivier Durand

"C'est un terrain privé. Les chevaux était parqués au même endroit depuis 16 ans". Olivier Durand