Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une jument torturée à Villeneuve-lès-Maguelone, la propriétaire demande une enquête

samedi 18 novembre 2017 à 9:05 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Une jument a été retrouvée sauvagement mutilée en mai dernier à Villeneuve-lès-Maguelone. Un premier vétérinaire avait conclu à des morsures de chiens, mais un légiste affirme qu'il s'agit de blessures à l'arme blanche. La propriétaire demande qu'on retrouve les auteurs de ces actes de barbarie.

Vitamine, la jument avait 33 ans
Vitamine, la jument avait 33 ans - Bernard

Villeneuve-lès-Maguelone, France

Une habitante de Villeneuve-lès-Maguelone porte plainte après la mort de sa jument. En mai dernier, l'animale, Vitamine, âgée de 33 ans a été retrouvée très sérieusement blessée, mutilée même dans son champs. Le vétérinaire a été obligé de l'abattre. Un vétérinaire qui a alors conclu que la jument avait sans doute été mordue par des chiens.

Mais la propriétaire de la jument convaincue qu'il s'agit d'un acte humain a finalement demandé une nouvelle expertise. Sur la base des photos (la jument ayant été incinérée entre temps), un légiste affirme que les blessures n'ont pas pu être provoquées par un prédateur. Pour lui il s'agit de blessures infligées à l'arme blanche, il n'exclut pas non plus des blessures par balle.

"Il faut que les gendarmes et le parquet se bougent pour retrouver les coupables"

La propriétaire de la jument, Laetitia Bernard a donc saisi de nouveau la justice pour que sa plainte, d'abord classée sans suite, soit réexaminée. "En arrivant à la gendarmerie, j'ai vu que l'affaire ne les intéressait pas, le parquet ne m'a jamais répondu non plus, et moi je veux qu'ils fassent leur travail, qu'ils retrouvent les coupables. La jument vivait paisiblement, je faisais mes clôtures pour qu'elle n'emmerde personne. Y a eu des tortures, elle a énormément souffert. Tant qu'on les aura pas retrouvé, ce sera difficile, il faut que le parquet et les gendarmes se bougent"

Laetitia Bernard la propriétaire de la jument

"Il s'agit d'acte d'une barbarie extrême"

L'avocate de la propriétaire de la jument, Isabelle Terrin ne décolère pas non plus : "Quand on regarde la photo, même un enfant verrait bien que ce n'est pas un chien qui a pu faire ces blessures. Le légiste est formel, "ce ne sont pas des prédateurs, il s'agit d'actes barbares perpétrés par l'homme avec une arme blanche". Cette jument a été attaquée avec une barbarie extrême"

"Cette jument est morte dans des souffrances épouvantables"

"La propriétaire mérite de savoir exactement quels sont les responsables de cette mise à mort affreuse, cette jument n'est pas morte tout de suite, elle est mort dans des souffrances épouvantables, on a été obligé de l'euthanasier. Ma cliente veut faire la lumière. Les gens qui s'attaquent comme ça de manière pleutre et lâche _ont un potentiel de dangerosité et la j_ustice ne peut faire l'économie de ce genre de contentieux d'actes barbares sur les animaux qui se multiplient dans notre société"

Isabelle Terrin, l'avocate de la propriétaire de la jument

Si la thèse de l'acte volontaire est confirmée, l'auteur des faits risque jusqu'à 2 ans de prison pour sévices et actes de cruauté envers un animal.

La jument a été mutilée avec une arme blanche selon le légiste. - Aucun(e)
La jument a été mutilée avec une arme blanche selon le légiste.