Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une jeune fille de 17 ans se défenestre au lycée Marguerite-de-Valois à Angoulême

-
Par , France Bleu La Rochelle

Une jeune fille de 17 ans s'est défenestrée, lundi soir, depuis sa chambre au troisième étage de l'internat du lycée Marguerite-de-Valois à Angoulême. Mardi soir, son pronostic vital n'était pas engagé, mais elle souffre de fractures multiples. Elle a laissé un mot pour expliquer son geste.

La cité scolaire Marguerite-de-Valois à Angoulême regroupe collège, lycée d'enseignement général, et lycée d'enseignement technique
La cité scolaire Marguerite-de-Valois à Angoulême regroupe collège, lycée d'enseignement général, et lycée d'enseignement technique © Radio France - Pierre MARSAT

Il était 23 heures lundi soir, lorsque l'internat du lycée Marguerite-de-Valois à Angoulême a connu une vive agitation. Selon des témoignages recueillis sur place auprès de ses amies d'internat, une jeune fille de 17 ans, Harmonie, scolarisée en terminale, a sauté par la fenêtre, depuis sa chambre au troisième étage. Hospitalisé au CHU de Poitiers, son pronostic vital n'était pas engagé hier soir, mais elle souffre de fractures multiples. Elle a laissé un mot pour expliquer son geste : un mal-être général.

Une cellule psychologique

Mardi matin, le proviseur du lycée a envoyé un mail à tous les parents d'élèves. Une cellule psychologique a été créée. Plusieurs professeurs ont évoqué le drame pendant leurs cours, informant les lycéens que s'ils avaient besoin de parler ou de pleurer, ils pouvaient verbaliser leurs émotions. "On ne parle que de ça aujourd'hui au lycée", confie une lycéenne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess