Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Bordeaux, une manifestation contre un local "néo-nazi" violemment dispersée : les CRS ont-ils dérapé ?

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Des riverains et des associations ont manifesté mercredi soir à Bordeaux contre l’occupation du local « Le Menhir » par des groupuscules d’extrême droite. La police a utilisé la force pour les disperser. La Ligue des Droits de l'Homme dénonce "un dérapage".

Les CRS lors d'une manifestation (illustration).
Les CRS lors d'une manifestation (illustration). - © Maxppp

Entre 150 et 200 personnes auraient été dispersées avec violence par la police mercredi soir, tandis qu’elles manifestaient à Bordeaux, contre l’organisation d'événements faisant l’apologie de thèses racistes à l'intérieur du local « Le Menhir » situé dans le quartier Carle Vernet. Il s’agissait de riverains accompagnés de leurs enfants et d’associations. « Sans aucune explication, ni sommation, les CRS ont chargé les manifestants » s’indigne Jean-Claude Guicheney, président de la Ligue des Droits de l’Homme en Gironde. Les policiers auraient frappé certains d’entre eux avec des bâtons de défense, utilisé des gaz lacrymogènes et des boucliers pour les repousser. La police les aurait aussi menacés en pointant des flash-balls à hauteur de visage.

« Une manifestation pacifique »

Selon Jean-Claude Guicheney, il n’y avait aucune raison d’utiliser la force. La manifestation était totalement pacifique, et les manifestants n’ont pas riposté contre la police. Il y aurait donc entrave au Code de sécurité intérieure, tel que l’usage non nécessaire et disproportionné de la force et l’absence de sommations. Pour le moment, aucun manifestant n’a souhaité porter plainte mais de nombreux témoignages attestent de cette violence et des vidéos auraient été tournées. La Ligue des Droits de l’Homme compte saisir le préfet afin qu’il prenne les mesures nécessaires. La Préfecture n'a pas souhaité commenter.

Un local qui gêne

Depuis un moment, des riverains du "Menhir" se plaignent de nuisance sonore, mais selon le président de la LDH Gironde, aucun d’entre eux n’aurait osé porter plainte, par peur des représailles. De nombreuses populations immigrées vivent dans ce quartier et les propos tenus dans ce local font craindre des rixes entre des habitants et les clients du "Menhir". Le 10 juin dernier, le local avait organisé le concert d’un groupe de rock néonazi « In Memoriam » au bar Le Havana, situé place de la Victoire. Récemment, une conférence sur « la notion de race » était organisée. La mairie de Bordeaux a également signalé ce lieu à la préfecture.

►►► A lire aussi : Près de Libourne, le maire interdit le concert "d'Ultra-droite"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess