Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une manifestation interdite dégénère à Calais

dimanche 2 octobre 2016 à 11:15 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Nord et France Bleu

De violents affrontements ont opposé samedi pendant plus de trois heures forces de l'ordre, migrants et militants à l'entrée de la "Jungle" de Calais, au surlendemain de l'interdiction d'une manifestation de soutien aux réfugiés.

Il s'agit des heurts les plus sérieux depuis fin février à Calais
Il s'agit des heurts les plus sérieux depuis fin février à Calais © AFP - Philippe Huguen

Calais, France

Cinq policiers et un journaliste ont été légèrement blessés samedi dans des affrontements opposant des migrants et des militants très déterminés aux forces de l'ordre devant l'entrée de la "Jungle" de Calais.

Jeudi, la préfecture avait décidé d'interdire la manifestation prévue samedi par la Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants (CISPM), estimant que les risques de troubles à l'ordre public étaient caractérisés.

Samedi après-midi, environ 200 personnes, des migrants et des militants d'ultra gauche, notamment des No Border, ont tenté de passer le cordon des forces de l'ordre pour former un cortège à l'une des deux principales entrées du camp.

700 grenades lacrymogènes

De violentes échauffourées ont alors éclaté entre les deux camps : aux pierres et projectiles divers lancés par les migrants et les activistes, les CRS ont répliqué par des jets d’environ 700 grenades lacrymogènes et l'utilisation d'un canon à eau.

Le face à face a duré plus de trois heures. Il s'agit des heurts les plus sérieux depuis fin février. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a "condamné avec la plus grande fermeté les violences commises par des activistes".

Ces événements interviennent moins d'une semaine après la visite à Calais de François Hollande qui a promis le "démantèlement complet" d'ici "la fin de l'année" de la "Jungle", où vivent près de 10.000 migrants.