Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une marche blanche à Aucaleuc après la mort de Denis 16 ans

Une marche blanche organisée ce dimanche après-midi à Aucaleuc dans les Côtes-d'Armor, en mémoire de Denis, 16 ans, décédé des suites de ses blessures après une bagarre devant le CFA d'Aucaleuc. Plus de 200 personnes étaient présentes pour lui rendre un dernier hommage.

Plus de 200 personnes ont marché en mémoire de Denis décédé jeudi au CHU Pontchaillou à Rennes
Plus de 200 personnes ont marché en mémoire de Denis décédé jeudi au CHU Pontchaillou à Rennes © Radio France - Alexandre Frémont

Une marche blanche était organisée ce dimanche à Aucaleuc, dans les Côtes-d'Armor en hommage à Denis, 16 ans, décédé jeudi des suites de ses blessures après une bagarre devant le CFA, le centre de formation des apprentis, d'Aucaleuc le 24 juin dernier.

Elle démarre devant la mairie vers 14h et rejoint le CFA situé à quelques centaines de mètres. Plus de 200 personnes viennent soutenir les parents de Denis et sa famille. Les visages sont marqués, les larmes coulent au moment d'aller déposer les fleurs sur le grillage de l'établissement. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

"Plus jamais ça"

Jocelyne est proche de la maman de Denis. Toutes les deux ont travaillé ensemble il y a quelques années. Elle n'arrive pas à retenir ses larmes : "Ça brise combien de familles ces conneries", commence-t-elle. "Ce n'est pas possible d'avoir autant d'agression dans les écoles, dans les cars, partout. Certains jeunes maintenant se baladent avec des couteaux sur eux. Il faut que ça cesse!" 

Elle repense également à cet apprenti boulanger de 16 ans qu'elle a vu a de nombreuses fois. "Il voulait faire du sport, il ne parlait que de sport. Il avait très peu de sous mais quand il en avait, il s'achetait des joggings avec et ne balançait pas son argent n'importe où". Jocelyne se souvient de quelques anecdotes que lui racontait Gwen, la maman, au travail. "Des fois il arrivait plein de farine à cause du travail, il allait lui faire un bisou et donc elle se retrouvait aussi avec plein de farine", sourit-elle. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Pas un garçon à faire des histoires

Denis était donc visiblement un garçon sans histoire, même plutôt discret selon son oncle Yann. Pour ce dernier, c'est l'incompréhension totale. "Je pourrais comprendre encore s'il y avait des problèmes de trafic etc... mais Denis était sportif, il ne fumait pas, il ne buvait pas, il n'était pas du genre à faire des histoires autour de lui"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

En attendant, l'enquête avance et tous les proches espèrent que la justice sera rendue pour Denis, "Justice pour Denis" est d'ailleurs le slogan inscrit sur la pancarte déployée au début de cette marche blanche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess