Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Sophie Lionnet

Une marche blanche à Sens, un an après le meurtre de Sophie Lionnet

-
Par , France Bleu Auxerre

Une trentaine de personnes ont rendu hommage dimanche à Sens à Sophie Lionnet. Une marche était organisée entre la Cathédrale et le cimetière où est enterrée la jeune Paronnaise. Le 21 septembre 2017, son corps était retrouvé carbonisé dans le jardin de ses employeurs à Londres.

Marche blanche à Sens (Yonne) un an après le meurtre de Sophie Lionnet
Marche blanche à Sens (Yonne) un an après le meurtre de Sophie Lionnet © Radio France - Renaud Candelier

Sens, France

Un an après le meurtre de Sophie Lionnet à Londres, un hommage lui a été rendu à Sens. Une marche blanche était organisée entre la Cathédrale et le cimetière où est enterrée la jeune Paronnaise. Une trentaine de personnes y ont participé dans le silence, principalement des proches, mais aussi quelques anonymes.

Des fleurs blanches et un défilé en silence

Parmi la famille, il y a Philippe Jeandel, ancien compagnon  de la maman de Sophie Lionnet : "je l'ai connue quand elle avait quatre ans. Qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente, on sera là." Des proches fleurs blanches à la main entourés aussi de quelques Sénonais comme Corinne : "on ne la connaissait pas. On avait vu cette affaire à la télévision et ça nous a touché.  Je trouve cela dommage qu'il n'y ait pas suffisamment de gens qui se soient déplacés. On devrait être tous concernés parce que ça peut arriver à tout le monde."

"C'était ma fille unique, je n'ai plus rien. Je me bats tous les jours pour rester fort" - Patrick Lionnet, père de Sophie

Ces témoignages de soutien donnent de la force, reconnait Patrick Lionnet. Il porte un portrait de sa fille en pendentif : "cela prouve que les gens sont toujours avec nous, ils nous soutiennent. C'était ma fille unique. Je n'ai plus rien. Pour elle, je me bats tous les jours pour rester fort, montrer que son papa est là, costaud, pour elle." 

Une famille toujours soutenue l'ADAVIRS

Pour la famille, cette marche, c'est tourner une page sur douze mois d'horreur, de tristesse et de colère et recommencer à vivre explique Marie-Laure Bouard, de l'association d'aide aux victimes ADAVIRS : "je suis particulièrement la maman de Sophie. De se dire que justice a été faite, c'est quelque chose qui l'a beaucoup apaisée. Malgré tout, il faut vivre ou survivre, il faut avancer. Ce type d'événement, c'est aussi une manière d'avancer, de tourner une page."