Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une marche blanche pour Mehdi rassemble plus de 1 000 personnes à Limoges

samedi 18 novembre 2017 à 20:51 Par Léo Tescher, France Bleu Limousin

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées au pied de l'immeuble de Mehdi samedi 18 novembre à Limoges. Le jeune homme a été tué lundi soir dans le quartier.

"Justice pour Mehdi", "Paix à son âme", "On t'aime frère", des slogans et des portraits à la marche blanche dans le quartier du Val de l'Aurence.
"Justice pour Mehdi", "Paix à son âme", "On t'aime frère", des slogans et des portraits à la marche blanche dans le quartier du Val de l'Aurence. © Radio France - Léo Tescher

Limoges, France

Une foule compacte, silencieuse et à la lente démarche s'est rassemblée ce samedi au pied de l'immeuble de Mehdi, rue Maréchal Foch. Elle a marché pendant deux heures, sans un bruit, jusqu'à la cité judiciaire pour rendre hommage au jeune homme mort lundi soir. Des enfants, des adolescents, des adultes, tout un quartier qui sèche encore ses larmes et qui ne comprend pas. "Mehdi est un jeune sans histoire" répètent plusieurs participants.

Mehdi restera à jamais dans nos mémoires et dans nos cœurs. Il était aimé de tout le monde et vous en êtes la preuve. Si tout le monde est là aujourd'hui, c'est pour lui. Merci". Younes, frère de Mehdi.

La maman exténuée

Les voisins suivent la famille qui entoure la mère, bien trop faible pour parler, trop fatiguée pour marcher. Elle est poussée dans un fauteuil roulant et ne détourne pas ses yeux d'un portrait de Mehdi. Un de ses amis, Amadeus, est agacé par ce qu'il a pu lire sur l'affaire : "Mehdi n'avait rien à voir avec la drogue ou je ne sais quoi. Ce qui lui est arrivé, c'est de la violence gratuite".

L'enquête sera longue. Vendredi, trois personnes ont été mises en examen pour assassinat.