Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Une marche dans les rues de Metz pour dire non au racisme

En réaction aux faits racistes mis en lumière la semaine dernière à l'Université de Lorraine, une marche était organisée ce mardi dans les rues de Metz. Des victimes présumées faisaient également partie du cortège.

Ils étaient environ 550 à grossir le cortège messin suite aux faits racistes constatés à l'Université de Lorraine.
Ils étaient environ 550 à grossir le cortège messin suite aux faits racistes constatés à l'Université de Lorraine. © Radio France - Arthur Blanc

Metz, France

L'ambiance était encore lourde ce mardi dans les rangs du cortège contre le racisme à Metz. Beaucoup pensent encore à ce qu'il s'est passé sur le campus du Saulcy avec des échanges de messages racistes sur Facebook. Avec un mot d'ordre clair repris par la totalité des 550 personnes réunies pour l'occasion : "non au racisme dans ma fac". La manifestation est partie, comme un symbole, de l'unité de sciences humaines et sociales, là où les étudiants de deuxième année de sociologie suivent leurs cours.

Des victimes en tête du cortège

A l'avant de toute la manifestation, des victimes présumées marchaient en précédant tous ceux qui sont venus les soutenir. "Je me sens fière", confie Houssainatou, l'une d'elles. "Au début, on a eu un sentiment de colère, mais maintenant je suis fière de voir qu'on est en train de défendre notre cause et que ces personnes sont là pour nous soutenir." Elle a pris la parole à l'issue du défilé (voir vidéo ci-dessous).

Concernant l'avenir, Houssainatou explique qu'elle ne va pas déposer plainte dans l'immédiat. Elle préfère attendre les conclusions de l'enquête de l'Université de Lorraine avant de se décider.

Ça craint, ce n'est pas bon

Dans la foule, des étudiants du Saulcy encore choqués sont venus grossir les rangs de la manifestation. "Se dire qu'il y a encore des gens qui pensent ça, c'est vrai que ça craint, ce n'est pas bon", se désole Tatiana, en 3ème année de psychologie. 

Il y a également des anciens du Saulcy qui suivi des cours par le passé qui ont fait le déplacement. C'est le cas de Malick Dia, qui a été étudiant à Metz dans les années 1980, et qui aujourd'hui est président des Sénégalais de Moselle. "A mon époque, on n'était qu'une vingtaine d'Africains sur le campus. les choses ont depuis beaucoup évolués donc à un moment il faut dire stop." Malick Dia a d'ailleurs co-organisé ce rendez-vous pour condamner les propos racistes.