Faits divers – Justice

Une marée humaine à Joeuf en soutien au petit Luca

Par Johanne Burgell, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu dimanche 18 octobre 2015 à 16:12

Près de 2 000 personnes à Joeuf pour Luca.
Près de 2 000 personnes à Joeuf pour Luca. © Radio France - Johann Burgell

Près de 2.000 personnes ont participé dimanche matin à la marche silencieuse pour Luca. Le petit garçon de sept ans a été poignardé jeudi dernier, en rentrant de l'école. Dans le cortège, la famille du petit Luca, à la fois émue et en colère après cette terrible agression.

L'émotion était très vive dimanche matin à Joeuf pour la marche silencieuse. Près de 2.000 personnes ont participé à cet élan de soutien pour Luca. Le petit garçon a été poignardé jeudi après-midi, alors qu'il rentrait de l'école.

Marche à Joeuf pour Luca. - Radio France
Marche à Joeuf pour Luca. © Radio France - Johann Burgell

"Mamie t'aime, bats toi mon cœur"

Le cortège est parti de la place de la mairie direction rue Clemenceau, le lieu où le petit Luca a reçu sept coups de couteau. Les grands-parents, le grand frère, la tante de Luca étaient présents. Des roses blanches ont été déposés sur les lieux de la terrible agression. La grand-mère, en sanglots, s'est adressé à son petit fils qui est encore à l'hôpital : "Tu es petit et tu as la force pour te battre, ça va aller. Mamie t'aime, papy t'aime, maman, papa, on est tous réunis et on ne t'oublie pas. Bats toi mon cœur."

La grand-mère du petit Lucas à Joeuf.

"La justice ne fait rien"

La tante de Luca fait aussi partie du cortège. Elle est bouleversée et ne comprends pas comment cela a pu arriver. L'agresseur présumé souffre de troubles psychiatriques et a déjà été condamné pour violences. La tante du petit garçon est indignée : "Si la justice faisait quelque chose, il n'y aurait pas autant de misère avec les enfants. C'est un récidiviste. Il faut qu'on fasse une justice nous-mêmes pour défendre nos enfants et nos petits-enfants ?"

La tante du petit Lucas à Joeuf

Un grand traumatisme

Dans la foule, certains portent des T-shirt "Je suis Luca." Les habitants de Joeuf ont voulu montrer leur solidarité avec la famille. Quelques jours après l'agression, le traumatisme est toujours très fort. "C'est le choc total. Il n'y a pas de mot. Je suis père de trois enfants donc moi le premier je me sens concerné"  explique un habitant.

Habitant de Joeuf.

Dimanche, Luca se trouvait toujours à l'hôpital, dans un état critique mais stable.

Lire aussi : au lendemain de la marche, l'appel du maire de Joeuf, André Corzani : "Nous avons besoin que la justice fasse son oeuvre."