Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une mère de famille condamnée à 2 mois de prison avec sursis pour avoir menacé une enseignante sur Facebook

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une parente d’élève qui avait menacé une enseignante du collège Olympe-de-Gouges à Montauban sur un groupe Facebook anti-masque a été condamnée par la justice à deux mois de prison avec sursis. Des centaines de commentaires avaient visé cette professeure d’anglais.

Elle avait menacé une enseignante d'un collége de Montauban qui avait obligé son fils à porter le masque sur un groupe Facebook
Elle avait menacé une enseignante d'un collége de Montauban qui avait obligé son fils à porter le masque sur un groupe Facebook © Radio France - SYLVIE CAMBON (illustration)

Le tribunal correctionnel de Montauban a condamné à deux mois de prison avec sursis une mère de famille qui avait publié sur un groupe Facebook anti-masque des attaques contre une enseignante qui avait demandé à son fils de mettre son masque en classe, le 24 décembre dernier. Deux-cents commentaires avaient suivi sur le compte Facebook "Stop à la dictature sanitaire" dont certains appelant à "casser les jambes" de la professeure d’anglais.

Un message avec l'identité de l'enseignante

"J’ai envie de lui faire avaler son document par le nez. Conseillez-moi", avait écrit cette mère de famille en publiant le rappel à l’ordre du collège à son fils, un avis dans lequel apparaissait l’identité de l’enseignante. Elle n’avait sans doute pas mesuré les conséquences de son message sur ce groupe Facebook. S’en étaient suivis plus de 200 commentaires, dont certains enjoignant "d’aller casser les jambes" de l’enseignante.

Une infirmière en burn-out

Lors de son procès le 15 décembre dernier, la mère de famille avait expliqué avoir posté le message sous le coup de l’émotion. "Je suis infirmière à l’hôpital, je venais de passer six mois sans relâche avec 60 patients à gérer, j’étais en burn-out professionnel. Je me suis sentie incomprise avec le problème de ma fille sourde obligée de porter le masque, celui de mon fils turbulent qui vit mal mon divorce…

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'enseignante anéantie

Lors du procès, l’enseignante menacée était apparue en larme et très marquée : "Je suis choquée, j’ai peur tout le temps. Lorsque j’ai lu ces messages, j’étais anéantie." La justice a finalement condamné la parente d’élève à deux mois de prison avec sursis et à verser des dommages et intérêts à l’enseignante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess