Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une mère de famille écrouée après la mort de sa fillette de 11 mois près de Nîmes

mercredi 10 janvier 2018 à 18:51 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

La fillette était décédée au mois de décembre dernier après avoir reçu de violents coups à la tête, à Bouillargues, un village de la proche périphérie de Nîmes.

La mère de famille risque la cour d'assises
La mère de famille risque la cour d'assises © Radio France - Hervé Sallafranque

Bouillargues, France

Une mère de famille a été écrouée ce mercredi à Nîmes après la mort de son bébé de 11 mois. Les faits s'étaient déroulés le 11 décembre  à Bouillargues (Gard).

Dans un premier temps, la fillette avait été transportée aux urgences de l'hôpital de Nîmes, mais, en raison de la gravité de son état, elle avait été très vite transférée vers l'hôpital de la Timone à Marseille. Elle y était décédée trois jours plus tard des suites d'une hémorragie cérébrale provoquée par une importante fracture du crâne. 

Interpellée ce lundi puis placée en garde à vue , la maman, âgée d'une trentaine d'années,  a reconnu être à l'origine des violences qui ont causé la mort de la fillette. 

Elle venait de se séparer de son mari et n'arrivait plus à gérer la situation

Cette mère de cinq enfants, enceinte de huit mois, a reconnu avoir battu son enfant sans doute depuis deux  mois. Le soir du drame, c'est au cours d'un accès de colère particulièrement violent qu'elle aurait commis l'irréparable en frappant sa fillette avec un objet dont le parquet de Nîmes n'a pas précisé la nature.

La maman venait de se séparer de son mari. Elle a expliqué qu'elle était complètement dépassée par les événements.  

Elle a été mise en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur mineur de moins de 15 ans.

La mère de famille est passible de la cour d'assises et risque jusqu'à 20 ans de prison.