Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une mère de jihadiste français, surnommée "mamie jihad", condamnée à dix ans de prison

vendredi 6 octobre 2017 à 16:37 Par Magali Fichter, France Bleu

Christine Rivière, 51 ans, a été condamnée ce vendredi à dix ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste". Elle est allée voir son fils, devenu "émir" dans les rangs des jihadistes, en 2013 et 2014 en Syrie.

Christine Rivière a été condamnée à dix ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris
Christine Rivière a été condamnée à dix ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris © Maxppp -

Dix ans de prison. C'est la peine dont écope Christine Rivière, 51 ans, surnommée "mamie Jihad", ce vendredi. Le tribunal correctionnel de Paris a suivi les réquisitions du ministère public.

Son fils, Tyler, a rejoint la Syrie en 2013, où il est devenu "émir" dans les rangs des djihadistes. En plus d'un soutien financier, elle est allée le voir trois fois sur place, en 2013 et 2014, et a "pleinement adhéré à l'idéologie du groupe Etat islamique", selon le procureur. Elle a été arrêtée chez elle alors qu'elle s'apprêtait à repartir en Syrie, toujours en 2014. Tyler a été interpellé en Turquie un an plus tard, et extradé. Il n'a pas encore été jugé.

Des photos d'elle en armes ont été retrouvées

Pendant l'audience, Christine Rivière a contesté avoir apporté un soutien à l'organisation jihadiste ou avoir elle-même combattu en Syrie, même si des photos d'elle en armes ont été notamment retrouvées. Le tribunal correctionnel souligne aussi qu'elle a "contribué au départ de plusieurs jeunes femmes" et s'est "totalement épanouie dans cette idéologie" mortifère.