Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une militante à l'origine du rassemblement anti-corrida pendant la feria de Nîmes présentée devant la justice

mardi 29 mai 2018 à 19:00 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère

Sur sa page Facebook, une Nîmoise d'une cinquantaine d'années avait appelé les opposants à se réunir sur le parvis des arènes le samedi 19 mai. Le rassemblement avait dégénéré.

La militante doit comparaïtre devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 6 septembre prochain
La militante doit comparaïtre devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 6 septembre prochain © Radio France - Hervé Sallafranque

Nîmes, France

La militante anti-corrida considérée comme étant à l'origine d'un rassemblement d'opposants à la tauromachie pendant la dernière feria de Pentecôte a été déférée au parquet de Nîmes ce mardi après-midi. Cette Nîmoise d'une cinquantaine d'années est poursuivie pour "organisation de manifestation non déclarée". Sans apparaître comme organisatrice officielle, elle avait appelé,  sur sa page Facebook, à un rassemblement avant et pendant la corrida dans l'après-midi du samedi 19 mai.   

Environ 300 opposants à la tauromachie s'étaient réunis sur le parvis des arènes. Le rassemblement avait tourné à l'affrontement avec la police. 

Convoquée devant le tribunal correctionnel le 6 septembre prochain

Quelques jours après ces incidents, le 22 mai dernier, cinq manifestants avaient été condamnés à des peines allant de deux à huit mois de prison avec sursis. 

"Même si elle n'apparaît pas comme l'organisatrice officielle de la manifestation, puisqu'elle n'était pas déclarée,  juridiquement elle peut-être considérée comme responsable de la même façon" explique le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel.

La militante sera convoquée devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 6 septembre prochain. 

A noter également que les opposants à la tauromachie appellent à un rassemblement le 21 octobre prochain à Rodilhan via le compte tweeter du CRAC Europe..