Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Une nourrice accusée d'avoir secoué un bébé devant les Assises d'Ille-et-Vilaine

Le procès d'une ancienne assistante maternelle s'ouvre ce mardi 28 janvier aux Assises d'Ille-et-Vilaine. Cette femme de 63 ans est accusée d'avoir secoué un bébé de quatre mois aujourd'hui lourdement handicapé.

La Cour d'Assises va devoir trancher sur la responsabilité de la nourrice. (Illustration)
La Cour d'Assises va devoir trancher sur la responsabilité de la nourrice. (Illustration) © Maxppp - Maxppp

Avril 2014. Jeanne, un bébé de quatre mois vit sa première journée chez sa nourrice à Guipry-Messac (Ille-et-Vilaine). En fin de journée, au moment de la récupérer, sa mère constate un comportement anormal. "Elle avait les yeux révulsés et pleurait de façon inhabituelle", raconte l'avocate du couple de trentenaires, maître Natacha Bernard. 

De gros retards psychomoteurs

Inquiète, la mère de famille prend rendez-vous chez un médecin. Celui-ci préconise une hospitalisation au CHU Pontchaillou de Rennes. Le diagnostic tombe. Jeanne a est victime du syndrome du "bébé secoué". Les examens complémentaires montrent des hémorragies rétiniennes, un hématome sous-dural et une rupture du ligament de la nuque.

Pour les parents, il y a peu de doutes, la nourrice est responsable. "Si ce n'est pas l'un d'eux qui a secoué cette enfant, c'est elle," réagit Natacha Bernard. "Les parents attendent des aveux, des excuses, mais ils se font peu d'illusions. Ils veulent pouvoir expliquer à leur fille de six ans, lourdement handicapée pourquoi elle se trouve dans cet état." Aujourd'hui Jeanne a de gros retards psychomoteurs, elle doit encore porter des couches, elle a également des soucis d'audition.

Un débat attendu autour des symptômes du bébé secoué

Du coté de la défense, maître Verdier est formel. "Ma cliente a 20 ans d'expérience et elle n'a commis aucun geste déplacé. Dans le courant de la journée, elle a constaté que la petite n'allait pas bien. Elle a d'ailleurs contacté le médecin avant de la mettre à la sieste vers 15h." Des précisions que la nourrice n'aurait d'ailleurs pas pris soin d'apporter à la mère de Jeanne. "Il y a aujourd'hui un débat d'experts sur les symptômes du bébé secoué. C'est de cela dont nous allons discuter lors du procès."

Plusieurs experts sont attendus pendant ces quatre jours de procès devant la Cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine. Le verdict est attendu vendredi  31 janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess