Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une nouvelle aide pour les femmes victimes de violences conjugales

-
Par , , France Bleu Auxerre, France Bleu

Une nouvelle aide pour les femmes victimes de violences conjugales. Le bouton connecté "Mon shérif" est testé depuis un an maintenant dans l'Yonne.

Un dispositif contre les violences conjugales
Un dispositif contre les violences conjugales © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Un petit bouton noir tout simple, connecté en bluetooth mais qui peut aider le quotidien de femmes victimes de violences conjugales ou en danger potentiel après une séparation ou un divorce. Le dispositif se nomme "Mon shérif".  Il est testé depuis un an maintenant dans l'Yonne.

continuer à vivre presque normalement

Une trentaine de femmes utilisent le dispositif dans l'Yonne 

Pour le moment, il n'est pas très connu, une trentaine de femmes l'ont reçu via l'Adavirs, l'Association d'aide aux victimes.  Mais il pourrait bien être distribué à beaucoup d'autres.

C'est d'abord sa discrétion qui plait. Christine Burtin Lauthe travaille au centre social de Tonnerre, souvent en contact avec des femmes victimes de violences, elle a d'ailleurs déjà équipé certaines du dispositif mon shérif  : " elles le portent sous un vêtement ou sous un pull. Le principe c'est un clic tout va bien. Deux clics = je suis en danger. "

Discret et efficace

Une discrétion très utile dans certaines situations. Doriane Boulmier est juriste à l'Adavirs à Auxerre : " si l'agresseur est devant elle, la femme ne va pas forcément sortir son téléphone, composer le numéro d'urgences et ensuite passer son appel. Là ce sont directement les proches qui contacteront les urgences." Ce bouton permet d'envoyer un message directement à des personnes pré-enregistrées. Il en faut cinq qui soient vraiment capables de réagir en cas de problème.

Une menace surtout en période de séparation ou de divorce chez ces femmes. Avec ce petit bouton, le quotidien peut reprendre affirme Christine Burtin Lauthe : " il y a des tas d'endroits où l'ex compagnon sait où vous allez. Ce bouton permet de continuer  à vivre presque normalement."

Utile même pour celles qui ne peuvent pas disposer du téléphone grave danger, un autre dispositif pour les victimes de violences conjugales mais avec beaucoup plus de conditions. Il faut par exemple que la justice soit saisie obligatoirement.

Choix de la station

France Bleu