Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prisons : plus de 70 établissements touchés par des blocages ce mardi, les négociations doivent reprendre

lundi 22 janvier 2018 à 20:42 Par Magali Fichter, France Bleu

Les discussions avec la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, lundi, n'ont pas permis de parvenir à un accord et de mettre un terme au mouvement des syndicats de surveillants. Ce mardi, plus de 70 établissements sont touchés par des blocages. Les discussions doivent se poursuivre ce mardi.

De nombreuses prisons françaises sont à nouveau bloquées ce mardi.
De nombreuses prisons françaises sont à nouveau bloquées ce mardi. © Maxppp - Ludovic Maillard

Alors qu'une centaine d'établissements pénitentiaires ont été touchés par les blocages lundi, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a reçu les trois principales organisations syndicales (UFAP/UNSA, CGT et FO) pour négocier autour de la sécurité, de l'emploi et de la rémunération des personnels pénitentiaires. Mais les syndicats ont rejeté les propositions de la ministre, et les syndicats ont décidé de maintenir la pression, avec une nouvelle journée de blocage des prisons ce mardi. Plus de 70 établissements (sur 188) sont bloqués, d'après le décompte de France Bleu. Une nouvelle rencontre entre les syndicats et la ministre de la Justice doit avoir lieu à 14h ce mardi. 

La liste des 72 établissements bloqués ce mardi

  • Fleury-Mérogis
  • Brest, Ploemeur, Vannes
  • Neuvic, Périgueux, Mauzac
  • Epinal 
  • Nancy, Toul-Ecrouves
  • Nantes, La Roche-sur-Yon
  • Béziers
  • Bonneville
  • Varces
  • Muret, Seysses, Foix et Montauban 
  • Beauvais
  • Chambéry 
  • Aiton  
  • Bayonne
  • Strasbourg
  • Colmar  
  • Besançon 
  • Belfort, Montbéliard 
  • Auxerre et Joux-la-ville 
  • Perpignan  
  • Dijon 
  • Saint-Maur, Craquelin-Chateauroux et Bourges 
  • Uzerches 
  • Metz et Sarreguemines 
  • Laval 
  • Le Pontet (Vaucluse)
  • Valence  
  • Mont-de-Marsan 
  • Vivonne-Poitiers et Niort  
  • Coulaines (près du Mans ) 
  • Caen et Condé-sur-Sarthe 
  • Caen  
  • Riom  
  • Moulins-Yzeure  
  • Val-de-Reuil, Le Havre, Evreux, Rouen  
  • Nice, Grasse  
  • Mende  
  • Chalons-en-Champagne 
  • Charleville-Mézière  
  • Villeneuve La Grande et Clairvaux  
  • Troyes 
  • La Farlède (Toulon)
  • Cherbourg et Coutances  
  • Rennes
  • Angoulême, Saint-Martin-de-Ré, Rochefort, Saintes

Nouvelle réunion au ministère de la Justice ce mardi

La mobilisation, déclenchée par l'agression de surveillants dans une prison du Pas-de-Calais le 11 janvier, est l'une des plus importantes depuis 25 ans. La garde des Sceaux a reconnu lundi, à l'issue de la rencontre avec les syndicats, que le métier de surveillant pénitentiaire était "extrêmement difficile" et qu'elle souhaitait déboucher "le plus rapidement possible" sur "des résultats concrets pour les personnels de surveillance". Elle recevra à nouveau les syndicats à la Chancellerie, ce mardi à 14h, pour parler création d'emplois - même si Nicole Belloubet a précisé qu'elle ne pouvait pas faire beaucoup mieux que le recrutement de 1.100 gardiens sur quatre ans, ce qu'elle a déjà proposé aux syndicats, sécurité des personnels et indemnités.