Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une nouvelle loi contre les rodéos sauvages

mercredi 1 août 2018 à 16:23 Par Hugo Charpentier, France Bleu Paris

Le Sénat a adopté le 26 juillet sans modification, la proposition de loi de l'Assemblée nationale renforçant l'arsenal législatif permettant de lutter plus efficacement contre les rodéos motorisés. Un nouveau texte qui est d'ores et déjà applicable.

Un jeune en plein rodéo rue Pierre Legrand, dans le quartier de Fives, à Lille
Un jeune en plein rodéo rue Pierre Legrand, dans le quartier de Fives, à Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

Dammarie-les-Lys, France

Des moteurs qui résonnent dans tout le quartier, des motards qui multiplient les « roues arrière »,  des quads et des mini-motos qui slaloment au milieu des automobilistes… Ce que l'on appelle communément les "rodéos sauvages" ne resteront désormais plus impunis. Désormais, les auteurs cette pratique seront sévèrement punis.  Les sénateurs ont voté le 26 juillet dernier un texte renforçant l'arsenal législatif permettant de lutter plus efficacement contre ce fléau. 

Jusqu'à 1 an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende

Pour en faire la promotion, la ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, s'est déplacé hier à Dammarie-les-Lys en Seine et Marne.  Un département particulièrement concerné puisque plus 1.300 rodéos sauvages ont été signalé à la police depuis le début de l'année 2018.  Jusqu'à présent, cette pratique était uniquement punis par des contraventions pour des infractions au code de la route comme les excès de vitesse, l'absence du port de casque, ou encore véhicules non homologués. 

Mais ça, c'est désormais terminé explique Jacqueline Gourault. "Il y a un délit caractérisé qui n'existait pas avant et qui peut aboutir à une peine d'un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende". Autre avancée saluée par la ministre, la confiscation "désormais automatique" du véhicule. Selon Jacqueline Gourault cette loi était très attendue par les policiers et les élus locaux. "Les maires surtout étaient très sollicités par les habitants car c'est un motif de tension très important".