Faits divers – Justice

Surpopulation carcérale : Manuel Valls annonce une nouvelle prison pour Strasbourg

Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 6 octobre 2016 à 15:03

La cour de promenade de la maison d'arrêt de Strasbourg
La cour de promenade de la maison d'arrêt de Strasbourg © Maxppp -

Manuel Valls annonce ce jeudi la création de 33 nouveaux établissements pénitentiaires en France. Neuf villes sont classées comme prioritaires, dont Strasbourg. La maison d'arrêt avait fait l'objet d'un rapport très critique de la contrôleure générale des prisons en mai 2015.

Manuel Valls a présenté ce jeudi le plan du gouvernement pour lutter contre la surpopulation carcérale. Le premier ministre a annoncé la création de 33 nouveaux établissements pénitentiaires. Parmi eux, 9 villes ou agglomérations prioritaires, dont Strasbourg. La maison d'arrêt de l'Elsau est considérée comme l'un des endroits où "la situation de surpopulation carcérale est la plus critique".

Les préfets devront rendre leur copie avant le 16 décembre

"Nous devons agir vite, car il faut en moyenne dix ans pour construire une prison", a lancé le chef du gouvernement, qui va donc ordonner aux préfets de "trouver les terrains dans les plus brefs délais" pour ces agglomérations, à charge pour eux de formuler leurs propositions au Garde des Sceaux pour le 16 décembre.

La nouvelle maison d'arrêt de Strasbourg devraient compter 550 places, selon Philippe Bies. Pour le député socialiste, "cette création devra s’accompagner d’une amélioration de l’actuelle maison d’arrêt de Strasbourg."

La prison de Strasbourg pointée du doigt

En mai 2015, Adeline Hazan, la contrôleure générale des prisons avaient rendu un rapport accablant sur la maison d'arrêt de Strasbourg : conditions de détentions dégradantes, lits moisis, douches glaciales, viols. Un rapport largement contesté par le Garde des Sceaux de l'époque, Christiane Taubira et par le syndicat FO pénitentiaire.

Une nouvelle prison est déjà sur les rails en Alsace, à Lutterbach dans le Haut-Rhin. Avec 550 places également, elle doit remplacer les maisons d'arrêt de Colmar et de Mulhouse. La municipalité de Lutterbach a engagé un recours devant le tribunal administratif contre la déclaration d'utilité publique.

Partager sur :