Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Une observatrice de la LDH-Montpellier porte plainte pour violences policières

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Une observatrice de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) dit avoir été victime de violences policières, verbales et physiques, en marge de deux manifestations de gilets jaunes à Montpellier. Elle a porté plainte auprès du procureur de la République et l'IGPN est saisie.

Exemple de policiers sans brassards pendant la manifestation du 16 février à Montpellier
Exemple de policiers sans brassards pendant la manifestation du 16 février à Montpellier © Maxppp -

Montpellier, France

Sur la vidéo qui date du samedi 16 février, on voit un policier cagoulé et casqué, matraque à la main. Alors que la place de la Comédie est le théâtre d'échauffourées en fin de manifestation des gilets jaunes, il remarque une caméra pointée vers lui et s'adresse directement à la jeune femme qui la tient : "Filme les autres au lieu de me filmer, connasse !"

Pas de brassard ni de numéro de matricule

Ensuite, il poursuit : "Espèce d'anarchiste, de gauchiste", "tu es contre la démocratie toi". Camille Halut, observatrice pour la LDH-Montpellier depuis l'acte 8 des gilets jaunes porte une chasuble blanche siglée LDH en rouge, recto-verso. Elle lui demande alors où est son brassard et lui fait remarquer qu'il ne porte pas non plus son numéro de matricule (RIO pour référent d’identité opérationnelle). 

"Allez casse-toi va ! On reçoit des pierres et la seule chose que tu fais c'est filmer des policiers", dit l'homme en s'avançant vers elle avant de la menacer de l'emmener au commissariat. Étudiante en cinquième année de droit public, Camille Halut a porté plainte pour injures publiques et saisi l'IGPN, la police des polices. 

Deuxième plainte, l'IGPN saisie à nouveau

Elle s'apprête à déposer une deuxième plainte, pour violences physiques, et à saisir à nouveau l'IGPN. Des violences dont elle aurait été victime, ainsi qu'une autre observatrice de la LDH, lors de la manifestation du 23 février à Montpellier. D'après leurs déclarations, l'une a été brutalement poussée et "gazée" à bout portant, l'autre a été jetée au sol et frappée sur son casque sans raison apparente.

La LDH-Montpellier rappelle que "ces observatrices étaient clairement identifiées puisqu’elles s’étaient présentées en début d’après-midi aux responsables des unités mobilisées pour leur faire part de leur mission d’observation".

Pour la police, la coïncidence pose question

Du côté de la police, Bruno Bartocetti est perplexe. Tout en attendant les résultats des enquêtes en cours, le coordinateur régional du syndicat Unité SGP-Police s'interroge sur le fait qu'à deux reprises il s'agit de la même victime, qui aurait été violentée lors de deux manifestations différentes, à deux endroits différents, par des policiers différents.