Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une opération contre des passeurs tourne mal à Roquebrune-Cap-Martin, cinq migrants et un militaire blessés

mercredi 25 octobre 2017 à 11:19 - Mis à jour le mercredi 25 octobre 2017 à 20:02 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Une opération associant la police aux frontières et des militaires de Sentinelle,dans la nuit de mardi à mercredi, à Roquebrune-Cap-Martin, a été entachée d'un accident. Lors de l'interpellation de migrants et de deux passeurs, cinq migrants ont été blessés ainsi qu'un militaire.

Les opérations de contrôles de passeurs et de migrants sont fréquentes à la frontière frano-italienne depuis novembre 2015
Les opérations de contrôles de passeurs et de migrants sont fréquentes à la frontière frano-italienne depuis novembre 2015 © Maxppp - .

Roquebrune-Cap-Martin, France

Cinq migrants et un soldat de la force Sentinelle se sont blessés dans la nuit de mardi à mercredi lors d'une opération à Roquebrune-Cap-Martin. Cet accident est survenu vers 1h15 du matin lors de l'interpellation d'un groupe de onze migrants conduits par deux passeurs au niveau de la sortie A58 de l’autoroute A8, dans le sens Italie-France, sur les hauteurs de Roquebrune-Cap-Martin. Une intervention réalisée par la brigade mobile de recherche de la police aux frontières, associée des militaires de l’opération Sentinelle, dans le cadre du dispositif de contrôle aux frontières.

En tentant de fuir, ils chutent dans une canalisation

Depuis une quinzaine de jours, une centaine de migrants sont déposés dans ce secteur par des passeurs venus d'Italie chaque semaine. Une zone escarpée à proximité de l'autoroute A8 et du tunnel autoroutier de la Coupière.

Lors de l'intervention, un militaire a glissé, se blessant légèrement à la hanche. Le bruit de sa chute a alerté les migrants et entraîné un mouvement de panique. En tentant de fuir, cinq migrants originaires du Maroc et du Nigéria, sont tombés dans une canalisation en béton. Une chute de 4 à 5 mètres. Une équipe d'une vingtaine de pompiers spécialisés dans les interventions en milieu périlleux s'est rendue sur place pour leur porter secours. Ils ont été transférés au centre hospitalier Pasteur à Nice pour diverses fractures et traumatismes. Deux hommes blessés dans un état grave.

Opération "conforme aux instructions de la préfecture"

La préfecture des Alpes-Maritimes souligne que cette opération s’est déroulée dans le cadre du dispositif de contrôle aux frontières et de lutte antiterroriste. Elle était "conforme aux instructions du préfet" et "aux règles qui régissent la lutte contre l’immigration irrégulière." "La lutte contre les passeurs est d’abord une lutte contre des actions clandestines de trafic d’êtres humains" ajoute le communiqué.

Le colonel Jean- Pierre Bédu, délégué militaire des Alpes-Maritimes, explique que depuis deux ans que ces opérations d'observation et de lutte contre les passeurs se déroulent les consignes sont strictes pour les soldats de la force Sentinelle : ils ne poursuivent pas les migrants qui prennent la fuite, de jour comme de nuit, et interviennent toujours avec un officier de police judiciaire à leurs cotés.

Les migrants et les passeurs prennent de plus en plus de risques

L'an dernier, un migrant était décédé non loin de Sain-Agnès, rappelle l'association Amnesty International qui souligne que les "blessés sont de plus en plus nombreux de part et d'autre de la frontière franco-italienne. Dès qu'un passage est connu, les passeurs cherchent de nouvelles voies d'accès, de plus en plus dangereuses" nous confie Martine Landry, déléguée d'Amnesty International dans les Alpes-Maritimes.

_"Comme les contrôles se multiplient ces derniers temps dans la vallée de la Roya, les migrants qui arrivent d'Italie cherchent de nouvelles voies de passage, au péril de leur vie, dans des zones difficiles d'accès et dangereuse_s" témoigne Teresa Maffeis, fondatrice de l'association ADN, association pour la démocratie à Nice, militante, elle défend les droits des réfugiés.

Depuis le début de l'année, 35 000 étrangers en situation irrégulière ont été réadmis en Italie.