Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une information judiciaire enfin ouverte, quatre ans après le décès d'une Drômoise

vendredi 22 février 2019 à 15:03 Par David Meilhac, France Bleu Drôme Ardèche

Le 7 juin 2014, Martine succombait en Chine, lors d'un voyage organisé pourtant très encadré. Plus de trois ans après le premier dépôt de plainte, une information judiciaire vient enfin d'être ouverte. La famille déplore la lenteur de la justice et l'inefficacité de certaines assurances.

Le fils de la victime, Julien, accompagné de son avocate Me Anne-Valérie Pinet
Le fils de la victime, Julien, accompagné de son avocate Me Anne-Valérie Pinet © Radio France - David Meilhac

Valence, France

En Drôme, une famille continue de se battre, plus de quatre ans après le décès de la maman, Martine. La Valentinoise, partie en Chine avec son compagnon, au sein d'un groupe, est décédée dans la souffrance, après avoir vomi du sang pendant des heures. Mais ni leur assurance onéreuse, ni le voyagiste, n'ont réagi suffisamment tôt pour lui sauver la vie. Et en France, l'enquête piétine. 

Imbroglio judiciaire

Une première plainte pour non-assistance à personne en danger a été déposée, il y a trois ans et deux mois. D'abord auprès du Parquet de Valence, puis à Grasse (lieu de résidence du voyagiste) puis enfin Créteil (résidence de l'assurance assistance). Près de 40 mois pour déclencher une information judiciaire, alors que la première plainte avait été classée sans suite, sans que la famille de la victime ou son avocat n'aient été prévenus. 

"Je crains le pire , le personnel du TGI de Créteil est en sous-effectif, je table encore sur trois ou quatre années pour voir le bout de cette affaire". Me Pinet, avocate de la famille

Peu importe la durée selon le fils, Julien, l'important est ailleurs désormais. "Pour mon père, l'après est vraiment compliqué à gérer. J'aimerais le déculpabiliser de ce drame. Et je voudrais que l'erreur ne se reproduise pas. Il faut trouver où est la faille dans ces contrats d'assurance."

Parmi les nombreuses questions, comprendre pourquoi le voyagiste a refusé de transférer la malade dans un hôpital international en Chine, et pourquoi l'assurance n'a pas souhaité la rapatrier. Quant à savoir de quoi est morte Martine, malheureusement, cela semble mission impossible.