Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rugby : une "partie de gifles" devant le tribunal correctionnel de Pau

lundi 25 juillet 2016 à 20:00 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

La bagarre général du match Pontacq/Arudy en décembre 2014 a laissé un joueur sur le carreau, et un autre devant la justice. La manchette a fait trop de dégâts pour que ça se règle dans les vestiaires

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Olivier Uguen

Pontacq, France

Le tribunal correctionnel de Pau a fait le procès d'une bagarre générale en rugby. Mickaël, 27 ans, comparaissait pour avoir donné un gros coup de poing à un adversaire, pendant un match. Un "marron" comme le dit le lexique bon enfant du rugby, qui a provoqué au joueur du camp adverse une grosse blessure dont il n'est pas encore remis 20 mois plus tard. Cela s'est passé le 21 décembre 2014, à Pontacq lors d'un match entre Pontacq et Arudy.

Une générale après un regroupement

On est à l'heure de jeu. Le match est rugueux mais dans la règle, jusqu'à ce regroupement qui devient bagarre générale. Mikael raconte qu'il a vu son talonneur esseulé au milieu de trois joueurs de Pontacq. Il franchit la talenquère, puisqu'il avait été remplacé. C'est un troisième ligne centre. Il traverse en courant le terrain, et en passant, par derrière, il donne une manchette à un trois quart de Pontacq. C'est ce que l'arbitre a noté sur son rapport après le match et il est catégorique. Sauf que le joueur agresseur présumé nie cette manchette. Il dit qu'il est allé "séparer" son copain talonneur des trois joueurs de Pontacq. Mickaël raconte qu'il en a plus pris qu'il en a donné. A part l'arbitre personne n'est en mesure de dire qui a donné le vilain coup. Surtout pas Nicolas la victime qui ne se souvient de rien. Et c'est vraiment un vilain coup puisque la victime Nicolas souffre d'une double fracture de la mâchoire et d'un enfoncement de l'orbite de l’œil. Des blessures dont il n'est toujours pas remis plus de un an et 7 mois après cette "partie de gifles". Le parquet a demandé une peine d'un an de prison avec sursis. Le tribunal rendra son délibéré le 6 septembre.