Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une Perpignanaise privée d'eau courante pendant plus d'un an réussit à faire condamner la Saur

mardi 5 septembre 2017 à 10:56 Par Simon Colboc, France Bleu Roussillon et France Bleu

L'entreprise Saur a été condamnée le 17 août à verser 9.000 euros d’indemnités à une Perpignanaise. Pendant quinze mois, cette femme de 56 ans, qui ne payait plus ses factures, a vécu avec seulement un mince filet d'eau au robinet.

La Perpignanaise a vécu pendant quinze mois avec seulement un mince filet d'eau courante
La Perpignanaise a vécu pendant quinze mois avec seulement un mince filet d'eau courante © Maxppp -

À se demander comment elle a fait pour (sur-)vivre durant tout ce temps. Pendant quinze mois, à partir de février 2016, une habitante de Perpignan n'avait quasiment plus d'eau courante chez elle.

Cette femme de 56 ans, qui ne pouvait plus payer ses factures, a été victime de la technique appelée "lentillage". Pour contourner l'interdiction de couper l'eau (loi Brottes votée en 2013), même en cas d'impayés, la Saur a donc placé une lentille dans la canalisation de façon à réduire considérablement le débit de l'eau.

La justice a estimé que cette réduction d'eau équivalait à une coupure pure et simple. La Saur a donc été condamnée le 17 août dernier à verser 9.000 euros d'indemnités à cette Perpignanaise.

C'est notamment grâce au soutien de l'association La Fondation France Liberté que cette femme a obtenu gain de cause.

Le 27 avril 2017, le tribunal de Grande instance de Nanterre a avait lui condamné la société Véolia pour coupure d'eau illégale chez un habitant de Salles d'Aude, dans l'Aude. L'homme de 41 ans, handicapé à 75%, a été privé d'accès à l'eau courante d'août 2014 à février 2017, pour un impayé de 200 euros. Veolia devait verser 19 000 euros à la victime et aux associations porteuses de la plainte.

Emmanuel Poilane, de la Fondation France Liberté, a soutenu la Perpignanaise de 56 ans