Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une Perpignanaise vit 12 ans sans eau courante, la SAUR condamnée

jeudi 8 mars 2018 à 6:07 Par Mathieu Ferri et Sébastien Cabrita Dos Santos, France Bleu Roussillon et France Bleu

Suite à un impayé en 2005 et à une coupure par le distributeur, une habitante de Perpignan a vécu 12 ans sans abonnement. Par décision de justice, le groupe SAUR est aujourd'hui obligé de rétablir la connexion.

Un robinet d'eau (illustration)
Un robinet d'eau (illustration) © Maxppp - Johan BEN AZZOUZ

Perpignan, France

L'histoire paraît à peine croyable, et c'est pourtant ce qu'a vécu cette famille catalane. Une habitante de Perpignan et son fils ont passé douze ans sans eau courante à domicile. Tout commence à cause de factures impayées en 2005 : Danielle (prénom d'emprunt) doit 200 euros à la SAUR, la compagnie qui distribue l'eau au robinet sur une partie de l'agglomération de Perpignan. Faute d'accord sur le règlement de la facture, le groupe coupe purement et simplement l'accès à l'eau pour le logement. La loi l'autorisait à l'époque, mais depuis 2013, elle interdit les coupures.

Des jerricans aux fontaines des villages

Pour se laver, pour les toilettes, pour la cuisine, Danielle a donc dû faire autrement pendant douze ans, entre détresse et débrouillardise. Elle raconte qu'elle prend parfois sa voiture et va chercher de l'eau avec des jerricans de 8 litres aux fontaines des villages voisins. Une transhumance pour l'eau que Danielle dit vivre avec une "certaine honte", sous le regard des passants. La jeune femme installe aussi une connexion illégale sur le réseau pour avoir un minimum d'eau chez elle.

Après un long combat judiciaire, le tribunal de grande instance de Nanterre a ordonné le 15 janvier dernier à la SAUR de rétablir l'accès à l'eau.

La SAUR se défend, et accuse la jeune femme de "vol d'eau"

Le groupe de distribution d'eau rappelle par la voix de son directeur de la clientèle Christophe Piednoël qu'il "ne pratique ni coupure ni limitation du débit d'eau depuis un an et demi". La SAUR insiste aussi sur le fait que cette habitante de Perpignan a toujours eu de l'eau à domicile, car elle s'est branchée illégalement sur le réseau pendant des années. 

La compagnie parle de "vol d'eau", constaté par un agent en mars 2013, puis par huissier en octobre 2016. Près de l'habitation, un branchement sauvage sur le réseau d'eau a été effectué.

Le groupe indique aussi que cette ancienne abonnée a été condamnée pour cette pratique à trois mois de prison avec sursis le 11 janvier dernier par le tribunal correctionnel de Perpignan.

Même si le cas de cette Catalane est exceptionnel par sa durée, il n'est pas rare. La fondation France Libertés aurait aidé quelques 1.500 familles à retrouver l'eau sur les quatre dernières années.