Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une plainte déposée à Nîmes contre une exposition itinérante sur la corrida

jeudi 19 juillet 2018 à 17:37 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Un père de famille de Sommières (Gard) a déposé plainte contre une exposition sur la tauromachie. Il l'a visitée en compagnie de son fils mineur sans être prévenu qu'elle comportait des images violentes. L'organisateur, l'Observatoire national des cultures taurines, parle de manipulation.

Juan José Padilla toréant dans les arènes de Nîmes (illustration)
Juan José Padilla toréant dans les arènes de Nîmes (illustration) © Maxppp -

Nîmes, France

Un Gardois a déposé plainte contre les organisateurs d'une exposition consacrée à Nîmes à la tauromachie. Une exposition visitée "par curiosité" en compagnie de son fils âgé de 12 ans. L'habitant de Sommières estime qu'il a été exposé a des images violentes sans être averti au préalable. Une plainte déposée auprès du procureur de Nîmes qui peut choisir de l'instruire ou de la classer sans suite. L'exposition itinérante "Tauromachies universelles" était en accès libre.

Une plainte pour faire réagir les futures villes d'accueil

Caroline Lanty, avocate du plaignant gardois.

L'exposition "Tauromachies universelles" sera à Dax, autre ville taurine, la semaine prochaine. Elle est organisée par l'Union des villes taurines de France (UVTF) et l'Observatoire des cultures taurines (ONCT).

Derrière la plainte, la main de l'Alliance Anti-Corrida

L'Alliance Anti-Corrida avait demandé à la justice d'interdire une exposition ouverte à Nîmes aux scolaires. L'Alliance anti-corrida "n'étant pas fondée à agir", elle avait débouté l'association. L'association s'était donc retournée vers les parents. C'est bien la preuve, estime l'ONCT, que "le plaignant a été manipulé"

André Viard, Prèsident de l'ONCT.

"Mon fils en a fait des cauchemars, ce n'est pas normal, qu'on puisse voir des images aussi violentes sans être prévenus au préalable."

Le gardois qui porte plainte a souhaité rester anonyme.