Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une plateforme numérique dédiée au Travail d'Intérêt Général testée à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une plateforme numérique dédiée au TIG est testée depuis février dans la juridiction de Dijon. Cette alternative à la prison pour de petits délits, est peu utilisée or son taux de réussite est élevé, d'où cette plateforme qui doit à terme augmenter le nombre de postes de TIG d'ici 2022.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet lors de sa visite à Morey-Saint-Denis en mars dernier sur un chantier de l'association Sentiers, sur le thème du Travail d’Intérêt Général
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet lors de sa visite à Morey-Saint-Denis en mars dernier sur un chantier de l'association Sentiers, sur le thème du Travail d’Intérêt Général © Maxppp - Jean-Christophe Tardivon

Dijon, France

Le Travail d'Intérêt Général existe depuis 1983 mais ne représente aujourd'hui que 6 % des peines exécutées en France. Pourtant cette alternative à la prison permet de réduire la récidive. Son taux de réussite s'élève à 80%. Le gouvernement a donc créée une agence entièrement dédiée au TIG et teste une plateforme numérique pour améliorer le travail des différents acteurs. La juridiction de Dijon fait partie des quatre sites pilotes.

Augmenter le nombre de postes d'ici 2022

D'ici 2022, le gouvernement souhaite augmenter le nombre de postes de TIG, de 20.000 à 30.000. La plateforme numérique qui est testée depuis février dernier dans la juridiction de Dijon comme trois autres sites pilotes est avant tout un outil de géolocalisation. Elle permet de recenser avec précision les lieux où les offres de TIG sont possibles. En Côte-d'Or, la plateforme a recensé 400 postes existants mais seule une centaine est opérationnelle.

Réunion de lancement au SPIP de Dijon pour la plateforme numérique dédiée au travail d'intérêt général, ce vendredi 15 novembre. - Radio France
Réunion de lancement au SPIP de Dijon pour la plateforme numérique dédiée au travail d'intérêt général, ce vendredi 15 novembre. © Radio France - Stéphanie Perenon

Quelles informations trouve-t-on sur cette plateforme ?

Une fiabilité qui permet donc de connaitre précisément le type d'emploi proposé, le nom du coordinateur, son contact pour avoir les informations. Bref une plateforme qui offre davantage d'informations et surtout qui les partage aux nombreux acteurs concernés.

Qui y a accès ?

La personne condamnée peut consulter la plateforme mais elle est aussi accessible aux magistrats qui prononcent la condamnation comme tous ceux qui sont amenés à suivre la peine. Ce sont les services territoriaux de la Protection Judiciaire et de la Jeunesse (PJJ), le Service de Probation et d'Insertion (SPIP) et les avocats. 

Quel est l'intérêt de cette plateforme ?

L'intérêt de réduire le délai entre la condamnation et l'exécution du TIG, "il est actuellement de 435 jours soit 14 mois, bien trop long" estime Albin Heuman le directeur national de l'agence du travail d'intérêt général et de l'insertion professionnelle. Autre objectif : proposer des offres plus variées, dans des domaines différents de ceux habituellement proposés, dans les espaces verts ou les postes de soutien dans la logistique. 

Claire Chapelotte, est la référente territoriale du travail d'intérêt général pour la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et l'Yonne. - Radio France
Claire Chapelotte, est la référente territoriale du travail d'intérêt général pour la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et l'Yonne. © Radio France - Stéphanie Perenon

"Offrir plus de postes variés", explique Claire Chaplotte, la référente territoriale du travail d'intérêt général pour la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et l'Yonne, "pour augmenter la qualité de la réponse pénale" et ainsi travailler sur l'insertion professionnelles des tigistes, dans leur retour vers l'emploi.

De nouveaux partenaires pour des offres de TIG 

La semaine dernière une trentaine de nouveaux partenaires se sont engagés auprès du ministère de la Justice pour proposer des offres de TIG, on y trouve par exemple des associations comme la Croix Rouge ou les Restos du Cœur, mais aussi des entreprises, la SNCF, la Poste ou Enedis ou encore l’Élysée qui accueillera dès 2020 ses premiers tigistes!

→ Retrouvez le + INFO sur cette nouvelle plateforme numérique ce lundi 18 novembre 2019 à 7H18 et 8H45 sur les ondes de France Bleu Bourgogne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu