Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une Poitevine tuée par sa fille

mardi 26 août 2014 à 11:04 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou

Une habitante de Poitiers âgée de 66 ans aurait été tuée par sa propre fille, dans son appartement du centre-ville. La fille explique qu'elle voulait aider sa mère à se suicider.

Hotel de ville de Poitiers
Hotel de ville de Poitiers © Radio France

Le corps de la victime a été découvert dans son appartement, en plein centre-ville de Poitiers, rue du Chaudron d'Or, près de l'Hôtel de Ville.Cette femme de 66 ans aurait été tuée par sa fille, âgée de 31ans, dans la nuit de vendredi à samedi.

C'est d'ailleurs la fille qui aurait prévenue les secours. Selon ses déclarations aux enquêteurs, elle aurait aidé sa mère à se suiciderElle ne supportait plus l'alcoolisme et les dépressions à répétition se maman . Elle aurait donc décidé d'aider sa mère à en finir, avec son accord, selon ses propos.

Elle se serait servie dans l'armoire à pharmacie pour lui faire avaler une dose importante de médicaments, apparement des anti-dépresseurs, avant de lui poser la main sur la bouche pour l'étouffer.

Une autopsie doit être réalisée ce mardi pour confirmer ou infirmer ces déclarations.

La femme de 31 ans, meurtrière présumée, a donc été mise en examen lundi soir. Car même si sa thèse se confirme, le suicide assisté n'est pas légal en France.Sa mère n'était pas dans un état de santé incurable et elle n'avait pas fait part de sa volonté d'en finir. Ses quatre autres enfants ignoraient d'ailleurs complètement d'éventuelles idées suicidaires.