Faits divers – Justice

Une première dans l'ex-région Languedoc-Roussillon : la Poste condamnée pour avoir cassé un mouvement de grève

Par Stéfane Pocher, France Bleu Roussillon jeudi 8 septembre 2016 à 17:40

Bureau de poste à Perpignan
Bureau de poste à Perpignan © Radio France - Stéfane POCHER

La direction avait fait appel au début 2015 à des intérimaires pour remplacer les personnels grévistes à Thuir (sud-ouest de Perpignan).

Le syndicat Sud-Solidaire avait porté plainte au niveau national. Le Tribunal de Grande instance de Paris vient de lui donner  raison dans son jugement du mardi 6 septembre. La justice condamne la Poste à verser 8 000 euros au syndicat.

"Une victoire appréciée par le syndicat. Une revanche pour les salariés."

Après 97 jours de gréve, les salariés avaient été contraints de reprendre le travail à la suite du référé déposé par la direction devant le tribunal de Perpignan. Le personnel s'était mobilisé contre la fermeture du centre courrier de Thuir

"La justice reconnait que la Poste a fait une erreur d'appréciation, d'organisation dans la gestion de ce conflit".

Elle aurait pu faire appel à des facteurs ou encore des cadres des bureaux voisins. C'est légal. Elle a certes une obligation de distribution du courrier.  Sauf que cette fois, elle a eu recours à des intérimaires. Ce qui est totalement interdit.

Une quinzaine d'intérimaires au plus fort de l'activité. Des emplois en cascade constatés par un huissier précise SUD SOLIDAIRE 66. Deux ans après ce conflit le centre du courrier de Thuir est toujours ouvert. Peut être plus pour longtemps d'après le syndicat.

La prochaine fois la direction réfléchira à deux fois avant de casser un mouvement rappelle le syndicat. Aucun commentaire de la Poste. Elle se réserve le droit de faire appel.