Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une quarantaine de militants d'extrême-droite saccage le centre-ville du Mans

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Suite à une manifestation organisée par l'Action française, un groupuscule d'extrême-droite, une quarantaine d'individus au visage masqué s'en est pris aux terrasses des bars et à certaines vitrines du centre-ville manceau, samedi 14 décembre, peu avant 22h. Cinq jeunes hommes ont été interpellés.

Certaines vitres de la devanture du bar Le Lézard ont été brisées par des militants d'extrême-droite, ce samedi soir.
Certaines vitres de la devanture du bar Le Lézard ont été brisées par des militants d'extrême-droite, ce samedi soir. © Radio France - Clémentine Sabrié

Le Mans, France

Une vague d'une quarantaine d'individus "au visage dissimulé", portant "des barres de fer, des battes de baseball et des matraques" a déferlé le centre-ville du Mans, samedi 14 décembre, peu avant 22h, selon la police. Ils découlaient d'une manifestation de l'Action française, un groupuscule d'extrême-droite monarchiste, dans le Vieux Mans, plus tôt dans la soirée. Une marche qui avait reçu le soutien du candidat du Rassemblement National pour les municipales du Mans, Louis de Cacqueray-Valmenier sur son compte Facebook public, dans une publication datant du 12 décembre.

Les vitres du bar Le Lézard brisées par les coups

Le groupe armé et cagoulé est descendu dans le centre-ville par la Grande Rue. Ses membres ont d'abord retourné la terrasse du bar Le Lézard, près de la place de la Sirène. _"Un bar réputé de gauche"_, selon le Collectif antifasciste de la Sarthe qui réagit à ces violences sur sa page facebook. Ensuite, "des affrontements ont eu lieu en bas de la rue Victor Bonhommet et ils ont fait voler la terrasse du Heaven's Café", relate un témoin de la scène. Le gérant du bar, Romain, est "stupéfait". Il a pile le temps de faire rentrer tous ses clients à l'intérieur et fermer la porte à double tour. "On a vu des personnes cagoulées, casquées, en noir, prendre la terrasse du bar pour les utiliser dans des affrontements", décrit-il.

Les forces de l'ordre arrivent rapidement sur les lieux. "Nous nous faisons insulter, des objets volent dans notre direction", explique un policier. Ils utilisent alors du gaz lacrymogène pour disperser les quarante personnes en petits groupes.

Cinq hommes âgés de 18 à 29 ans interpellés, leur garde à vue prolongée

La police parvient alors à interpeller cinq individus. Ils sont nés entre 1990 et 2001, selon les forces de l'ordre. Aucun n'est originaire du Mans. Ils viennent de région parisienne, de Bretagne ou encore d'Angers. Sur eux, les policiers ont retrouvé "des casques, des masques, des gants coqués, des matraques télescopiques et des foulards royalistes". Ce dernier élément marque leur affiliation à des groupuscules comme l'Action française.

Les suspects ont été placés en garde à vue toute la nuit. Dimanche soir, le Parquet décide de renouveler cette garde à vue, car l'enquête prend du temps. La police doit exploiter les vidéos des caméras de surveillance et récupérer les plaintes des patrons d'établissements touchés par les violences de ces militants. Elle recoupera ces informations avec les contrôles d'identité effectués dans la soirée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu