Faits divers – Justice

Une quatrième plainte contre le député Denis Baupin pour agressions sexuelles

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 13 septembre 2016 à 11:28

Denis Baupin est visé par quatre plaintes pour agressions sexuelles
Denis Baupin est visé par quatre plaintes pour agressions sexuelles © Maxppp - Sébastien Muylaert/Wostok Press

Une ancienne conseillère municipale parisienne a porté plainte en juin contre Denis Baupin, révèlent France Inter et Médiapart ce mardi. Le député écologiste est au total sous le coup de quatre plaintes pour agressions sexuelles.

Denis Baupin, poursuivi pour harcèlement sexuel, agressions sexuelles et appels téléphoniques malveillants, est désormais visé par quatre plaintes et non plus trois. Véronique Haché, ancienne conseillère municipales transports de la ville de Paris, témoigne ce mardi sur France Inter. Elle a travaillé avec l'actuel député écologiste en 2004.

"Libertinage", une défense qui ne passe pas

À l'époque il était en charge des transports dans l'équipe du maire de Paris Bertrand Delanoë, et serait selon Véronique Haché entré plusieurs fois dans son bureau pour lui proposer des relations sexuelles. Elle n'en a parlé à personne jusqu'à aujourd'hui.

Véronique Haché a décidé de porter plainte, même si les faits sont prescrits pour elle, en entendant la ligne de défense de Denis Baupin suite à l'éclatement de l'affaire. Ce dernier nie toute agression et parle de "libertinage". Or pour cette quatrième plaignante, "c'est une façon de renvoyer aux femmes une image d'elles négative, sur le thème 'tu n'es pas assez intelligente pour comprendre ce que je veux faire'... On m'a demandé de prendre conscience des conséquences de mon témoignage. On renvoie toujours aux femmes la responsabilité de la prise de parole. Je pense que le vrai sujet aujourd'hui c'est de savoir quels sont les outils qui sont mis à la disposition des femmes pour qu'elles puissent parler. je crois qu'il faut y aller, qu'on se serre les coudes et que l'on réclame les dispositifs qui nous permettent de témoigner".

Partager sur :