Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une simulation d'attentats à Saint-Denis 10 jours avant l'Euro

mardi 31 mai 2016 à 21:04 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

A 10 jours de l'Euro, une simulation d'attentats a été organisée ce mardi matin au Stade de France. Le scénario prévoyait l'explosion de deux bombes ainsi qu'une fusillade. Objectif: tester la réactivité et la coordination des forces de l'ordre et de sécurité.

Le Stade de France
Le Stade de France © Radio France - Rémi Brancato

Saint-Denis, France

C'est un scénario catastrophe qui avait été concocté par la préfecture de Seine-Saint-Denis. A 9h30 ce mardi matin, une bombe factice a réellement explosée dans une tribune du Stade de France, alors que de faux supporters s'y trouvaient comme en plein match. Le scénario de la simulation, inconnu des participants, prévoyait ensuite l'explosion d'une autre bombe factice sous un pont de l'A86, entre le Stade et la gare RER, alors que les supporters étaient en cours d'évacuation. Enfin, une fusillade devait avoir lieu aux abords de la "fan-zone", en centre ville de Saint-Denis. Cette troisième partie n'a pas été simulée concrètement mais elle a été prise en compte pour calculer l'engagement des moyens.

Coordonner les forces de sécurité et de secours

Cet exercice a mobilisé environ 200 figurants et 200 professionnels (policiers, pompiers, Samu). L'objectif était avant tout de vérifier la coordination de leur action et d'éviter tout risque de "sur-attentats". "Il faut évidemment, quand on a une attaque, faire en sorte que les secours puissent intervenir dans une zone sécurisée" explique Johanna Primevert, porte parole de la préfecture de police de Paris et, selon elle, "cet exercice a permis cette coordination des forces".

Les autorités ont simulé un scénario catastrophe. Rémi Brancato

"Il s'est passé 10 minutes entre l'explosion et l'arrivée des premiers moyens" ajoute le commandant Gabriel Plus des pompiers de Paris, qui évoque, lui aussi, une simulation "réussie". Bilan fictif de l'exercice : une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés. Reste que le scénario prévoyait qu'un engin explosif a bien pu être activé en tribune  et c'est ce que veulent éviter à tout prix les autorités, confrontées depuis la finale de la Coupe de France à des critiques concernant la sécurisation des entrées du Stade de France.