Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet à Niort

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu Périgord, France Bleu

Suite à une montée de la tension entre les jeunes du quartier et la police, décision a été prise de stationner à partir de ce jeudi et pour plusieurs jours une soixantaine de CRS de la caserne de Périgueux.

Les camions de CRS sont stationnés au cœur du quartier.
Les camions de CRS sont stationnés au cœur du quartier. - Police Nationale

La scène dénote, surtout au cœur de l'été : une soixantaine de CRS de Périgueux sont arrivés en début d'après-midi dans le quartier du Clou-Bouchet à Niort. Leur présence n'est pas due au hasard. Elle a été décidée par le ministère de l'Intérieur après plusieurs jours de tensions entre les jeunes de la cité et la police.

"Montrer les muscles avant que la situation ne devienne incontrôlable"

Leur rôle : sécuriser le quartier avec des contrôles d'identité, ramener le calme dans le secteur. Que ceux qui s'adonnent au trafic de drogue cessent d'importuner, au moins temporairement, des riverains qui sont à bout. "Il s'agit de montrer les muscles avant que la situation ne devienne incontrôlable" explique un haut-gradé de la police niortaise car aujourd'hui, "lorsqu'une voiture de police entre dans le quartier, nos hommes sont accueillis par des hurlements".

Quartier sensible, le Clou-Bouchet a connu des semaines mouvementées depuis le début de l'été. Une conséquence de la crise sanitaire car avec la fermeture des frontières, certains jeunes n'ont pas pu retourner voir leur famille à l'étranger. "Ils sont restés sur place, s'ennuient et font n'importe quoi" avoue un habitant, dépité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess