Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une soixantaine de téléphones fixes déjà installés dans les prisons indriennes

-
Par , France Bleu Berry

Selon le syndicat FO Pénitentiaire, l'installation d'un téléphone fixe par cellule pour les détenus ne réglera pas le trafic des téléphones portables en prison.

Un téléphone fixe dans une prison française.
Un téléphone fixe dans une prison française. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Un téléphone fixe sera installé dans plus de 50.000 cellules dans les prisons françaises. Le Ministère de la Justice l'a confirmé en janvier dernier. L'objectif est de mieux lutter contre le trafic de téléphones portables en prison et aider les détenus à maintenir un lien avec leurs proches. Mais pour le syndicat FO Pénitentiaire, cette mesure ne réglera pas les problèmes de moyens humains dans les établissements, ni les problèmes de sécurité.

Un téléphone fixe par étage au Craquelin

Il existe déjà des téléphones fixes dans les prisons La Maison d'arrêt du Craquelin à Châteauroux est par exemple équipée actuellement d'une trentaine de téléphones fixes : un par étage dans chaque bâtiment et un téléphone dans la cour de promenade. Mais pour appeler leurs proches (sur les 5 numéros préalablement déclarés à l'administration) les détenus doivent prendre rendez-vous avec un surveillant. Ils sont conduits un par un sur des créneaux horaires précis. Il existe également près de 25 téléphones fixes à la Maison centrale de Saint-Maur.

Quelques 180 prisons concernées

A l'avenir la Ministre de la Justice veut donc installer un téléphone fixe par cellule. Plus de 50.000 cellules seraient concernées en France dans quelques 178 établissements pénitentiaires. Avec quels moyens ? C'est ce qui inquiète Pascal Sabourault, le délégué régional du syndicat FO pénitentiaire. "La Ministre dit qu'elle mettrait toujours cinq numéros de téléphone mais comment on va faire pour contrôler ? Le détenu n'aura plus de créneau horaire pour téléphoner, il pourra passer ses appels à 23h le soir, on n'aura plus personne pour pouvoir contrôler les communications téléphoniques", déplore-t-il. 

Le matériel de brouillage est obsolète"

Pascal Sabourault, le délégué FO Pénitentiaire en région Centre Val-de-Loire - Radio France
Pascal Sabourault, le délégué FO Pénitentiaire en région Centre Val-de-Loire © Radio France - Jonathan Landais

"Aujourd'hui les détenus ne sont plus fouillés de manière systématique"

Selon Pascal Sabourault, cette mesure n'empêchera pas les détenus de faire rentrer des téléphones portables en prison, car les détenus ne sont plus fouillés de manière systématique. Il explique aussi que  les systèmes de brouillage des téléphones portables fonctionnent très mal. "Le matériel de brouillage est tellement obsolète que l'administration pénitentiaire ne nous donne pas les moyens de brouiller correctement les portables", actuellement sur les quelques 800 brouilleurs installés en prison, seuls 10% sont effectifs.

Pascal Sabourault réclame davantage de moyens humains et matériels.  Selon l'administration pénitentiaire, le déploiement des téléphones fixes en prison s'effectuera "sur une période d'environ 30 mois compte tenu de l'ampleur des travaux à réaliser".

Combien de détenus dans les prisons indriennes ?

  • Au 26 mars 2018, la prison du Craquelin de Châteauroux comptait 388 détenus pour une capacité de 358 places.
  • La Maison centrale de Saint-Maur comptait 191 détenus (pour 260 places).
  • La Maison d'arrêt du Bordiot à Bourges comptait 206 personnes écrouées (pour 116 places).
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu