Faits divers – Justice

Une vaste affaire d'escroquerie aux faux encarts publicitaires jugée à Tours

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine jeudi 17 septembre 2015 à 10:45

Le palais de justice de Tours
Le palais de justice de Tours © Max PPP - ARNAUD JOURNOIS

Le tribunal correctionnel de Tours examinait une affaire d'escroquerie aux faux encarts publicitaires. Parmi les victimes, se trouvent des commerçants et des chefs d'entreprises, dont certains issus de la Touraine. L'affaire, avec des ramifications en Israël, a été mis au jour par un avocat.

C'est suite à une plainte de maître Vaccaro, avocat tourangeau,  pour usurpation d'identité que l'escroquerie a été découverte. Le nom de l'avocat servait à faire pression au téléphone sur les victimes pour les faire payer, car les commerçants en question avaient réellement signé un contrat destiné à de faux encarts publicitaires dans des magazines ou des annuaires. Quelques temps après, on les menaçait de poursuites s'ils ne réglaient pas immédiatement le solde de la facture.

Jusqu'à 600.000 euros de préjudice

Impressionnés par le statut d'avocat ou d'huissier de leur interlocuteur, les clients payaient des sommes de 10, 20 ou 30.000 euros qui transitaient par les comptes de sociétés écran. L'une d'elle, NCI, était gérée par l"homme que jugeait mercredi le tribunal. Il avait reçu jusqu'à 589.000 euros sur lesquels il prélevait 3% de commission avant de virer la somme sur un compte israélien. Devant les juges, il affirme qu'il n'était qu'un simple exécutant et qu'il n'était pas au courant de l'escroquerie. Pour le procureur, il a pourtant bien trempé dans cette affaire en blanchissant l'argent. Il requiert cinq ans d'emprisonnement dont deux avec sursis et mise à l'épreuve. Le jugement a été mis en délibéré.