Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une vaste opération de secours au gouffre Berger pour retrouver un spéléologue

-
Par , , France Bleu Isère, France Bleu

Les secours sont à la recherche d'un spéléologue de 21 ans. Il est parti mardi matin pour explorer le gouffre Berger, près d'Autrans. Il a été vu la dernière fois à 650 mètres de profondeur mardi après-midi.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Christophe Agostinis

Engins, France

Une vaste opération de sauvetage est en cours jeudi 25 juillet pour retrouver un jeune spéléologue. Elle mobilise près de 70 personnes, pompiers, CRS et spéléologues sur le plateau de Sornin, autour du gouffre Berger près d'Autrans. C'est la préfecture qui a demandé le déclenchement de cette opération de recherche, dans la nuit de mercredi à jeudi. Des renforts doivent encore arriver, notamment une équipe de 6 CRS ce soir, et des pompiers d'autres départements.

Il n'a pas donné de nouvelles depuis 48 heures

Le spéléologue âgé de 21 ans est parti pour le gouffre mardi 23 juillet, vers 10 heures du matin, avec deux autres personnes. Selon la préfecture, "il aurait ensuite divergé du groupe à 500 mètres de profondeur, reprenant le chemin de la sortie". En effet, le trio s'est séparé, sans que l'on sache pourquoi pour le moment, les deux autres étant remontés à la surface, tandis que lui est resté seul. Membre de la Fédération Française de Spéléologie, il est considéré comme expérimenté. Il a été vu pour la dernière fois vers 16h30 mardi, à environ 650 mètres de profondeur, par un autre groupe de spéléologues. Il ne semblait pas fatigué assurent les témoignages. 

Les opérations de recherches se sont d'abord déroulées en surface. "La mise en place avant d'aller sous terre est longue" expliquent les secours. Les secouristes sont toutefois quasi sûrs que le jeune homme n'est pas ressorti : sa voiture, ainsi que des affaires personnelles, sont toujours à l'entrée du gouffre. Ce n'est que ce jeudi matin, vers 7h30, qu'une première équipe de spéléologues est descendue. 

Des équipes de CRS se relaient pour retrouver le jeune spéléologue - Radio France
Des équipes de CRS se relaient pour retrouver le jeune spéléologue © Radio France - Elisa Montagnat

Une zone difficile d'accès

Des spéléologues d'autres départements (Rhône, Côte-d'Or, Jura) sont attendus en renfort. "Les services de recherche et de secours sont fortement mobilisés, précise la préfecture, notamment le GRIMP (Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux), le PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne), le Spéléo Secours Isère". D'après les autorités, cette opération de secours devrait prendre beaucoup de temps car le lieu de la disparition est difficile d'accès. "On s'achemine vers des recherches de long terme", explique la préfecture. 

37 kilomètres de long, 1 000 mètres de dénivelé

Le gouffre présente 37 kilomètres de galerie, une voie principale puis plusieurs chemins transversaux accessibles. Le gouffre Berger a été découvert en 1953. Son exploration est possible chaque année du 1er juin au 31 octobre, elle nécessite une inscription en mairie entre le 1er novembre et 31 décembre de l’année précédant l’expédition.

Les accès aux routes qui mènent au gouffre Berger sont fermés pendant l'intervention des secours. - Radio France
Les accès aux routes qui mènent au gouffre Berger sont fermés pendant l'intervention des secours. © Radio France - Elisa Montagnat

Tous les accès menant au gouffre sont fermés pendant les opérations de recherche.

Choix de la station

France Bleu