Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une vingtaine de vaches errantes abattues dans les Albères

-
Par , France Bleu Roussillon

La préfecture des Pyrénées-Orientales a ordonné l'abattage d'une vingtaine de vaches près du Perthus. Les bovins s'approchaient trop de la route et des habitations. Une mesure d'urgence en attendant des solutions à long terme. Quelque 300 vaches sauvages errent sur le massif des Albères.

Les vaches errantes deviennent dangereuses pour les automobilistes
Les vaches errantes deviennent dangereuses pour les automobilistes © Radio France

L'Albère, France

Après l'accident de lundi au Perthus, une voiture qui a percuté une vache sur départementale 900, la préfecture des Pyrénées-Orientales a ordonné l'abattage d'une vingtaine de vaches, ce mercredi sur le massif des Albères.

"C'était un véritable danger."

"Il y avait urgence" explique le sous-préfet de Céret, Gilles Giulinani. "Il fallait éliminer les vaches errantes les plus proches du Perthus et des Albères. Ce sont celles- là qui ont été abattues. Elles présentent un vrai danger. Il fallait protéger la population".

"Nous avons un troupeau d'environ 300 bêtes qui errent depuis une vingtaine d'années. Elles sont redevenues sauvages et n'hésitent pas à attaquer pour protéger leurs petits veaux, c'est un véritable danger, il faut faire cesser cette divagation d'animaux errants incontrôlés et difficilement contrôlables."

Gilles Giuliani, sous préfet de Céret

"Elles cassent tout. On n'ose plus aller se promener."

Le problème des vaches errantes dans le massif des Albères n'est en effet pas nouveau. Cela fait des années que les élus du secteur s'inquiètent, et que les habitants dénoncent les dégâts et le danger que représentent ces vaches.

_"Ça fait des années que ça traîne, il faut abattre. Elles cassent les clôtures, elles mangent les arbres, les jardins. _On en a marre, on ne plus aller et venir en sécurité. Parfois je reste bloqué dans ma voiture parce qu'il y a un troupeau et je n'ose pas sortir de ma voiture. Les gens pensent que les vaches, c'est comme dans la pub Milka, mais c'est dangereux, surtout quand il y a la mère avec son veau à côté."

Les habitants des Albères en ont ras le bol

_"On ne plante plus de fleurs : 400 euros sont partis dans les estomacs au bout d'une journée. Les grillages arrachés, les murets cassés, les rétros des voitures aussi, on n'en peut plus. Je ne vais plus dans les bois, j'ai peur, même pour aller chercher de simples châtaignes", _racontent ces habitants de l'Albère.

Reportage à l'Albère de Mathieu Ferri

"On attend qu'il y ait un mort pour agir."

A la mairie de l'Albère, on ne sait plus quoi faire, comme Monique Tixier, premier adjointe au maire : "Les vaches sont là depuis 20 ans, il y en a une centaine sur notre commune, c'est-à-dire plus que d'habitants."

"Il y a trois semaines, une femme a été percutée, elle est restée trois semaines à l’hôpital. En fait, on attend qu'il y ait un mort pour agir ! Moi avant je venais travailler à la mairie à vélo, je ne prends plus mon vélo, je suis obligée de venir en voiture, je ne me sens pas armée pour faire face à un gros taureau."

"Les vaches et les taureaux sont agressifs, ils sont nés en forêt et ne connaissent pas l'homme. Ces vaches viennent de la ferme de Recesens en Catalogne Sud et elles ne sont pas tenues du tout par leur propriétaire. Elles ont franchi la frontière, le propriétaire qui habite Gérone s'en moque. Il faudrait une barrière à la frontière."

"Nos éleveurs des Albères sont très inquiets. C'est un problème qui ne fait qu'empirer. Nous attendons des solutions. Les habitants sont furieux et désespérés. Il y a déjà eu des accidents graves et il y en aura d'autres."

Monique Tixier, première adjointe de l'Albère

Choix de la station

France Bleu