Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une voiture française recherchée après un accident mortel à La Jonquère

mardi 8 novembre 2016 à 18:03 Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon

Un véhicule immatriculé dans les Pyrénées-Orientales a fauché un passant français sur la N-II, dans la traversée de la commune frontalière de La Jonquère.

L'entrée nord de La Jonquère
L'entrée nord de La Jonquère - MF

Le Perthus, France

Une voiture est activement recherchée en Catalogne et dans les Pyrénées-Orientales. Samedi dernier vers 18h, à la tombée de la nuit et sous la pluie, elle a fauché un piéton à l'entrée nord de La Jonquère. Le conducteur a pris la fuite en direction du sud.

La victime, un Français de 74 ans, est décédée quelques heures plus tard aux urgences de l'hôpital de Gérone. Selon nos informations, la voiture qui a pris la fuite était immatriculée dans les Pyrénées-Orientales.

Les Mossos d'esquadra (policiers catalans) ont passé la journée de lundi à visionner attentivement les images des caméras de vidéosurveillance dans le secteur de l'accident.

Une Peugeot, qui a pris la direction de Barcelone

Et pour eux pas de doute : la voiture qui a mortellement fauché le piéton est française, immatriculée 66 (Pyrénées-Orientales). C'est une Peugeot de couleur sombre. Immédiatement, les enquêteurs espagnols ont pris attache avec les autorités françaises.

Des investigations ont été lancées côté français, pour retrouver dans un premier temps le propriétaire de la voiture et pour identifier le conducteur au moment des faits. Pour l'instant, la gendarmerie se refuse à tout commentaire.