Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Université de Pau : un étudiant marocain expulsé avant de passer ses examens

mardi 1 mai 2018 à 18:44 Par Mathias Kern et Marie-Line Napias, France Bleu Béarn

Mouad Aktaou, un étudiant Marocain qui préparait depuis 5 ans en France, une licence d'administration économique et sociale à l'université de Pau, a été interpellé chez lui ce lundi à l'aube et expulsé lundi soir vers Casablanca.

Mouad Aktaou (à droite) est en Béarn depuis 5 ans.
Mouad Aktaou (à droite) est en Béarn depuis 5 ans. © Radio France - MK

Pau, France

Mouad Aktaou est arrivé à Casablanca ce lundi soir. Cet étudiant marocain devait passer sa licence d'administration économique et sociale dans 15 jours à l'université de Pau, mais il a été interpellé chez lui lundi à l'aube. 

Il était assigné à résidence depuis décembre 2017 et savait qu'il était sous le coup d'une menace d'expulsion mais il espérait pouvoir au moins passer ses examens au terme de cinq ans d'études en France. Le préfet en a décidé autrement. 

Un minimum d'affaires et sans argent

Il a été arrêté et expulsé la même journée, normalement les personnes placées en centre de rétention ont 48 heures pour déposer un recours. Mouad Aktaou est parti dans la précipitation, avec un minimum d'affaires et sans argent. Heureusement des amis l'ont recueilli à son arrivée à Casablanca. Il envisage de déposer un nouveau recours puisque ses droits n'ont pas été respectés.

Mouad Aktaou raconte être parti dans la précipitation.