Faits divers – Justice

Deux nouvelles victimes de meurtres dans l'agglomération de Marseille

Par Victoria Koussa et Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Provence et France Bleu vendredi 26 août 2016 à 14:45

Cité Consolat, 25 juin 2016 : deux jeunes avaient été victimes d'un règlement de comptes
Cité Consolat, 25 juin 2016 : deux jeunes avaient été victimes d'un règlement de comptes © Maxppp -

Moins de 24 heures après la découverte d'un corps calciné aux Pennes-Mirabeau, un homme a été tué par balle ce vendredi à la mi-journée dans un quartier résidentiel de Marseille. Les modes opératoires font penser une fois de plus à des règlements de comptes liés au trafic de drogue.

Deux nouvelles victimes en moins de 24 heures. Le bilan des homicides violents ne cesse de s'alourdir dans les Bouches-du-Rhône. Le plus souvent, il s'agit de règlements de comptes, liés à des guerres de clans et de territoires liées au trafic de drogue dans plusieurs quartiers marseillais.

Un motard tué dans un quartier résidentiel de Marseille

Ce vendredi en début d'après-midi, un homme d'une trentaine d'années a été tué de plusieurs balles de gros calibre alors qu'il roulait sur un scooter boulevard Charles Kaddouz, dans le quartier résidentiel de Saint-Julien (12e arrondissement), dans l'est de la ville.

La victime a été visée par deux individus qui circulaient eux aussi à moto. L'homme a fait un arrêt cardiovasculaire et n'a pu être réanimé sur place par les marins-pompiers.

Le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez appelle à la prudence avant de parler de règlement de comptes. Mais les circonstances de l'homicide y ressemblent.

C'est le 20e mort par balle depuis le début de l'année dans les Bouches-du-Rhône, dont 19 rien qu'à Marseille, soit sept de plus qu'à la même période en 2015.

Un corps calciné retrouvé aux Pennes-Mirabeau

Jeudi soir, le corps d'un homme a été retrouvé dans le coffre d'une voiture brûlée aux Pennes-Mirabeau, à 20 km au nord de Marseille.

Cette découverte, dans la garrigue, évoque un possible "barbecue", mode opératoire qui, dans le jargon policier, permet d'échapper à la police en se débarrassant d'un corps rendu difficile à identifier tout en impressionnant les rivaux.

Si l'enquête se poursuit pour déterminer les circonstances de ce meurtre, tous les éléments accréditent la thèse d'un nouveau règlement de comptes. Une autopsie doit être pratiquée ce vendredi.

Une vingtaine de morts en huit mois

Partager sur :